Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 00:00

EN ROUGE ET NOIR

Le Théâtre du Balcon accueillait récemment André Morel dans une adaptation des « Misérables », de Victor Hugo.

Ça fait plaisir de voir qu’il y a encore des grandes gueules au théâtre et dans la vie. Des grandes gueules comme Victor Hugo et comme André Morel. Des pas « corrects » ; des qui disent ce qu’ils pensent vraiment ; des qui s’en foutent de déranger ; des qui fouillent là où se planquent l’idéologie des puissants et la rapacité des « filousophes » ; des qui disent merde aux exploiteurs de tout poil ; des qui défendent le déclassé, le rejeté, le pointé du doigt, le regardé de travers, le différent, le pauvre, celui qui émerge à peine d’« un trou de boue dans une caverne de nuit ».



André Morel a toujours été, à ma connaissance, du « mauvais » côté. C’est pour ça que je l’aime bien, même si je préférerais le voir sur scène en interaction avec d’autres comédiens.

Il a construit, avec ces « Portraits flashs », une adaptation intelligente, malicieuse et émouvante des Misérables. Le comédien restitue la parole hugolienne avec force et sobriété. En voilà un au moins qui fait suffisamment confiance au verbe du poète pour nous toucher, ce qui n’est pas toujours le cas au théâtre. L’humour aussi est présent : l’idée de faire lire les « fiches de police » des principaux personnages par des spectateurs est à cet égard intéressante. Ainsi, le public est sans doute encore plus impliqué dans l’histoire qui nous est contée.

Au final, Les Misérables, portraits flashs sont un spectacle en rouge et noir, touchant, digne et remueur de consciences.


Les Misérables, portraits flashs, de Victor Hugo
Cie André-Morel - Théâtre du Bélier BP 49 • 84005 Avignon Cedex 1
Tél. : 04 90 82 51 83
www.cie-andremorel-theatredubelier.com
cie-andremorel@wanadoo.fr
Adaptation et jeu : André Morel
Interventions : Annie Bernier
Photo : Annie Bernier
Théâtre du Balcon 38, rue Guillaume-Puy • Avignon
Tél. : 04 90 85 00 80
Mardi 11 octobre 2005 à 14 h 30 ; jeudi 13 et vendredi 14 octobre 2005 à 10 heures

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Cambier - dans Chroniques 2005-06
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche