Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

19 juillet 2007 4 19 /07 /juillet /2007 10:39
CES IMAGES QUI NOUS TRAVERSENT

Pour découvrir la dernière création de Romeo Castellucci, il faut patienter jusqu’à 1h du matin, puis pénétrer dans l’église blanche des Célestins. Enfin découvrir Hey girl! (avec Silvia Costa et Sonia Beltram Napoles), spectacle créé le 16 novembre 2006 au théâtre de l’Odéon à Paris, c’est un théâtre plus intime après l’expérience de l’énorme machine qu’était Tragedia Endogonidia.

Il n’est pas simple de poser des mots sur un spectacle de Romeo Castellucci. C’est avant tout une expérience nerveuse, corporelle : l’expérience de regarder (ce qui n’a rien de facile pour Castellucci qui dit aimer David Lynch). Plasticien, écrivain du plateau, l’idée de mise en scène prend avec lui son envol, convoquant les corps (notamment celui de la jeune Silvia Costa, magnifique, sensible), les musiques, les lumières, les objets, les matières, jouant avec tous les éléments, l’humidité chaude de l’église, l’heure du spectacle (1h du matin).

Se méfiant du sens, la parole n’est pas au centre du théâtre de Castellucci, c’est le moins que l’on puisse dire
, on se souvient de la réponse ironique faite à Olivier Py, lors d’une rencontre au théâtre de la Bastille, quand il évoqua son goût pour le langage, en rappelant que dans un spectacle, il avait fait écrire une chèvre (ce qui par ailleurs est vrai, elle montait sur une machine à écrire).


Un espace vide

Si la Societas Raffaello Sanzio tourne autant, c’est sans doute qu’ils sont arrivés à un niveau rare de liberté avec les idées, les matières, les images qu’ils mettent en mouvement. Nous avons rencontré Romeo Castelluci pour évoquer son théâtre, sa violence et sa grâce. Il nous parle de son travail, détendu, concentré, évoquant ce mystère de la représentation et du regard : « la représentation doit se dépasser elle - même… il convient de créer un espace vide, qui se remplit de l’expérience du spectateur ».

Mais alors le spectacle ne se passe pas sur la scène mais dans la tête du spectateur ? « Bien entendu, et dans le corps du spectateur… Le spectateur est vu par le spectacle. Il est pris par la scène. Comme un courant… On vit dans un langage de communication qui est un langage de malade. Il faut chaque fois être conscient de voir quelque chose. C’est une responsabilité de regarder. C’est dangereux… Le spectacle est un réveil… Dans la journée, on est des spectateurs impuissants. Au théâtre, le spectateur est actif et responsable… On ne fabrique pas d’images. On est contenus dans le courant des images… Pour un spectacle, on attend que les images viennent. On disparaît et on laisse les idées, les images venir… Ce qui est montré, ce n’est pas un objet, c’est un courant qui meut les personnes… Il faut créer un espace d’indétermination qui convoque et implique le spectateur…  ».

Et de finir en citant Artaud : « On ne répond pas aux questions, on les brûle. »

Matthieu MÉVEL
www.ruedutheatre.info

Photo © Christophe Raynaud de Lage/festival d'Avignon

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Mével - dans Festival In 2007
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche