Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

22 juillet 2007 7 22 /07 /juillet /2007 08:00
En exclusivité pour RUEDUTHEATRE et pendant tout le Festival d'Avignon 2007, l'humoriste, comédien et auteur lyonnais Pascal Coulan nous raconte, vu des coulisses, le quotidien d'une troupe qui découvre pour la première fois les joies et les affres de la vie avignonnaise.

A+16 : dimanche 22 juillet (37)

Aujourd’hui les MISÉREUX font les comptes. Et dans toutes les salles, à J-6 de la fin, tous les Gérard loueurs de n’importe quoi, murs qui se désagrègent, cinémas déglingués ou garages  millénaires, réclament le solde de toutes les compagnies. Pour leur compta ! Et toutes les troupes, exténuées, lessivées, n’ont qu’une envie, faire de ces Gérard des cartons qui pendouillent vivants.

Au théâtre du Tilleul jaune, le vieux gérant déguisé en coco anar flatte les compagnies qu’il a « invitées » en leur rappelant qu’elles leur doivent 4.000 euros de frais de timbres. Partout les calculettes, partout les mêmes mots : « c’est pour ma compta ! » Aux Théâtre des Trois coups tordus, le liquide coule à flots, comme le Rhône de tant d’épiceries. C’est tellement coulant le liquide ! A l’Espace Venusa, une compagnie a loué les plus chers gravillons du monde. Elle a tout emmené, gradins, technique, tout, et l’Espace généreux lui a offert 20 m2 de plus. 10.000 euros les gravillons, Donné ! Pour la compta, la scène se répète des centaines de fois.
C’est dimanche, la grand messe est dite. Des spectacles ont marché, d’autres pas, des troupes sont ruinées d’autres juste appauvries, les subventions sont englouties, les MISÉREUX font les comptes. La salle, la maison, les transports, les dégraissages, les courses, la Nutella (oui, on dit "la" Nutella, vous commencez à l'avoir remarqué) : 2000 euros par jour ! La recette est comme un nouveau film : invisible !

« Pour se payer, ça va pas le faire ! » annonce Jean-Pierre. Les MISÉREUX retrouvent la réalité. Personne ne dit rien ! Un nuage nauséeux flotte sur la piscine. Un serpent s’en extirpe, puis une masse sombre indistincte. « Ah !», Annick tombe dans les pommes, la créature du lac noir ?! Non, le proprio qui a enfin débouché le conduit. Fou rire général !! Nerveux mais sincère. Les MISÉREUX se reprennent. Le festival n’est pas fini ! Parade, tractage, musique des Balkans qui attire tant le chaland, rencontres et aventures. Des centaines de compagnies attrappent elles aussi un fou rire ! Dans le OFF, personne ne sera payé ! Et alors, y’a les indemnités ! C’est ça la fameuse magie du théâtre du OFF.

C’est pourquoi dimanche prochain, au Cloître St Louis de l’Autel de la Culture, que MISÉREUX, loueurs de murs, mastroquets, restaurateurs d’un mois, paradeurs, bibeloteurs, imprimeurs, acheteurs, et publics, que tous s’agenouillent et prient Ste Marie des ASSEDIC ! Pour que l’OFF dur dure, et que la magie perdure !


Suivez les aventures de la troupe "à" Avignon au jour le jour...

Et retrouvez tous les jours Pascal Coulan dans son nouveau spectacle "Plein le culte !" à la Tache d'encre à 19h.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

SBM 22/07/2007 22:49

Pourquoi un généreux mécène n'assisterai t il pas au spectacle des miséreux ? On a envie qu'ils s'en sortent les miséreux quand on lit la chronique, car Avignon c'est magique pour un amoureux du théatre et c'est tellement plus beau des dessous parfumés et chics. On le sait que les haillons existent, mais on a envie de voir que ce qui brille.

Eric Jalabert 22/07/2007 15:55

Bravo pour cette chronique de la réalité Avignonaise. A la fois drôle, sincère et émouvante, elle reflète bien la difficile réalité du spectacle vivant, dont Avignon n'est probablement qu'un immense miroir grossissant...Bon courage à tous les hommes et les femmes qui participent à cette grande aventure et tachons un jours de travailler les uns avec les autres plutôt que les uns contre les autres...

Chronique Fraîche