Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

23 juillet 2007 1 23 /07 /juillet /2007 12:23
PAS SI DARD QUE CA

Jouant sur un patronyme célèbre, le titre du spectacle peut être trompeur. Et si l’on vient dans l’idée d’une référence à l’auteur de San Antonio, la déception risque d’être grande. Sauf à se laisser glisser dans l’univers fantasque de cet autre Dard…


23 décembre dernier. Patrick Dard s’apprête à retrouver sa chère et tendre après des mois de séparation. Les retrouvailles s’annoncent belles. Mais aux surprises de Noël, la dulcinée ne fait pas les choses à moitié. Et la pauvre orpheline à laquelle le sieur à donné son cœur se révèle être fille de grande famille. Avec des parents célèbres et bien vivants. Une fratrie nombreuse. Et des mœurs pour le moins déconcertantes.

Plutôt bon comédien, Patrick Dard endosse tous les rôles. Le sien, évidemment, mais aussi celui de Caroline, sa fiancée, Romain, son beau-frère rugbyman, Laetitia, sa jeune belle-sœur à la main verte et ses ineffables beaux-parents. Le tout sans que l’on perde jamais le fil de qui est qui. Ce qui est déjà fort. Mais le talent de Dard ne s’arrête pas là. Son écriture est aussi un petit bijou de jeux sur le double sens. Ce qui lui permet de jongler avec la grivoiserie sans jamais être vulgaire ni grossier. Et d’inviter le public dans un univers extravagant et cocasse. Avec style.

Alors ce Dard là est sans aucun doute l'une des bonnes surprises de ce festival. Même si la mise en scène reste encore à affiner, même si les noirs entre les différents tableaux sont un peu trop longs, même si l’introduction, version show à l’américaine, dénote un peu par rapport au reste du spectacle. Au hit parade des découvertes, l’outsider Patrick Dard est définitivement  un poulain prometteur.

Karine PROST
www.ruedutheatre.info

Sale temps pour le Dard, de et par Patrick Dard.
Théâtre de l’Ange à 22h15.

Partager cet article

Repost 0
Published by Karine PROST - dans Festival Off 2007
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche