Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

24 juillet 2007 2 24 /07 /juillet /2007 07:49
LA BEAUTÉ D'UN DRAME

Une compagnie guadeloupéenne faisant parti des TOMA, théâtres d’outre-Mer en Avignon, narre avec une grande beauté une histoire d’amour dure et dramatique. Ce spectacle rythmé à souhait laisse le public bouche bée d’émotions.


Philémon est un époux modèle, amoureux de sa femme, Matilda, qu’il considère comme un trésor et qu’il cajole adorablement. Mais sous l'apparence du couple parfait se cache un terrible secret, celui de l’adultère que Matilda entretient depuis des mois… Lorsqu’il l’apprendra par un ami, Philémon entrera dans une profonde colère et contraindra Mathilda à faire face à son péché. Un ménage à trois va alors prendre place, et le couple devra vivre avec le costume de l’amant qui sera dorénavant considéré comme un invité d’honneur.

le-costume.jpg
La dureté de la situation installe un grand froid dans la salle. La déception du mari, la détresse de l’épouse prise au piège… On commence par haïr cette femme qui avait tout et qui a déchiré le cœur de son époux, mais qui ne cherche finalement qu’à exister en dehors de sa vie de femme au foyer… On en vient à la plaindre de son sort de femme adultérine.

Rythmée de sons d’ailleurs, cette pièce nous égare dans nos sentiments. On sourit puis on pleure. Cette compagnie nous donne à voir l’aspect froid et le ton grave de ce texte remanié avec poésie. Chaque minute qui passe nous fait sombrer un peu plus dans la folie, celle du désespoir de ce couple à la dérive. D’un début encourageant et chaleureux, on parvient à une tragédie qui nous laisse sans voix.
La mise en scène ne nécessitant pas de grands moyens, la place du costume qui y est attribuée s’avère prendre une importance considérable. A première vue simple et banale, cette scénographie apporte néanmoins une grande puissance au jeu des comédiens qui manient le costume avec une chorégraphie poétique. Les lumières révèlent de leur côté brillamment la solitude du couple.

Par le biais de leur culture et leurs chants émouvants, les comédiens nous donnent goût à ce théâtre exotique. Amour, souffrance, passion, drame, tout est relaté avec un réalisme déconcertant. Une pièce déchirante d’une rare beauté.

Jennifer MAYEUR
www.ruedutheatre.info

Le Costume
Mise en scène : Harry Kancel
Texte de Can Themba adapté par Mothobi Mutloatse
Interprétation : Philippe Calodat, Harry Baltus, Kristel Kenounjah Nedeljkovic, Gilles Minéas et Esther Myrtil.

A la Chapelle du verbe incarné, 12h10.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jennifer MAYEUR - dans Festival Off 2007
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche