Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

27 juillet 2007 5 27 /07 /juillet /2007 07:43
En exclusivité pour RUEDUTHEATRE et pendant tout le Festival d'Avignon 2007, l'humoriste, comédien et auteur lyonnais Pascal Coulan nous raconte, vu des coulisses, le quotidien d'une troupe qui découvre pour la première fois les joies et les affres de la vie avignonnaise.

A+21 : vendredi 27 juillet (42)

Jusqu’au bout tracter, tracter, encore tracter et toujours argumenter : "spectacle jubilatoire, joué avec sincérité, qui nous tient à cœur, texte original…." Le minimum quoi ! Pourquoi tracter ? Pour faire une crise d’hypoglycémie, comme Marie-Claude qui n’a plus de prozac qui aide à supporter l’existence ?

Un boulanger fait son pain, un boucher sa viande, un gynéco ses accouchements, ils tractent eux ? Les MISÉREUX oui. C’est tellement sympa la rencontre avec le public ! Mais attention, le festivalier aime aussi boire son Perrier tranquille. Et même patient, il sait dire non ! « Je ne prends plus les tracts, je l’ai déjà eu, on part tout à l’heure, tout est programmé..., ça suffit ». Quant au festivalier du IN, il ne sait même pas qu’un second festival a lieu en parallèle. Il s’étonne seulement : « Qu’est ce que les éboueurs laissent comme papiers cette année ! »

Les MISÉREUX sont un peu tristes : leur pièce est bonne, leur auteur inconnu vraiment à découvrir (peut-être un peu trop), mais Jean-Pierre est un peu dégoûté. Tous ces efforts, tout ce travail, tout cet argent pour quoi ? 10 personnes en moyenne, une quinzaine de programmateurs en tout, un divorce et un technicien en chaise roulante. Qui va conduire la camionnette pour le retour ? Il faut se rendre à l’évidence, le festival n’a pas très bien marché. Mais ça veut dire quoi "bien marcher" ? Faire des sous, le plein, des tournées futures, la fête, se faire plaisir, plaire au (peu de) public qui vient, revenir soudés et vivants, avoir couché avec une Japonaise ?…

Quoi qu’il en soit, les compagnies sont contentes d’être là. La preuve, elles reviennent chaque année plus nombreuses. Ca coûte quand même cher pour exister un mois par an !  JP ne sait pas ce qu’il faut faire. « Du classique » lui dit Joël en lui servant une mauresque. « Du classique ou une comédie » rajoute Patrick en s’empiffrant de cacahuètes sur lesquelles traînent six traces d’urines différentes. Peut-être davantage. On est sur la place de l’Horloge quand même ! « Oui, c’est ça qu’il faut faire, « le Cid », « Les Précieuses ridicules », « Dom Juan », ou « les Soutifs de la salope », « Combat de strings dans la culotte d’un zouave », ça ça marche ! » « Mais le mieux, c’est le classique. En moderne, comédia dell’arte,  javanais, ou en danse du Zimbabwé, le classique, ça marche toujours. » « A Avignon, faut faire Molière pour s’faire du pognon ! » Planchon a fait carrière en ne faisant que ça, et dans tous les grands théâtres de France, la recette éculée marche toujours. JP explose. Il refuse cette facilité et dit qu’il serait prêt, comme Ministre de la Culture, à interdire tous les classiques pendant dix ans. Comme la pêche au cabillaud et à l’anchois : interdite. Pour renouveler l’espèce des auteurs.

« Pourtant lui conseille Joël - qui sait être blagueur - Dans « le Journal d’un fou », tu serais parfait... dans le rôle du journal ! ». Allez, puisqu’on n’en fera pas de mondiale : tournée générale !


Suivez les aventures de la troupe "à" Avignon au jour le jour...

Et retrouvez tous les jours Pascal Coulan dans son nouveau spectacle "Plein le culte !" à la Tache d'encre à 19h.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche