Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

27 juillet 2007 5 27 /07 /juillet /2007 01:57
UNIVERS INTÉRIEUR DE LA FEMME

Qu’est-ce que la maison représente en chacun de nous ? Un monde intérieur, bien souvent celui des femmes, bâti pour leur propre sécurité et celle de leurs enfants. Voilà qui est dit.


Avec son beau visage illuminé de grands yeux qui vous transpercent, la comédienne Cécile Gérard investit le texte de Marguerite Duras avec la simplicité des femmes qui ont en elles une autorité naturelle. Là, un intense moment de vérité s’instaure avec le public d’ailleurs installé sur la scène comme dans un appartement. Un moment de complicité. Un moment aussi juste que la brièveté de nos vies. Une mise au point parfois. A travers ses souvenirs d’enfance, l’auteur explore son rapport à la mère et évoque avec sincérité la condition féminine.

lamaisondeduras.jpg
Dés le début, il sera question de cette utopie construite de toute pièce par les femmes et que représente la maison. « Une maison pour retenir les hommes d’un désir d’aventures qui a traversé les âges… ». Une maison pour transmettre les meubles accumulés au cours d’une vie, les jouets des enfants, puis des petits enfants. Une maison pour conserver des souvenirs et les silences qui les habitent. Des hommes, il est aussi question. Sans concession, le propos s’inspire aussi de ce que fut pour l’auteur l’absence du père, l’abandon et l’organisation familiale autour de la mère toute puissante. De la famille disloquée et des arrangements issus des divorces, rien n’est épargné. Tout y passe finalement, de la paternité à la maternité et des différences de chacune d’elles. Que font les hommes de leurs enfants ? « Ils les emmènent en promenade ou au cinéma… tandis que les femmes, elles, se laissent dévorer par leur progéniture. » De la difficulté d’un possible détachement, il est aussi question comme dans un rêve mais la réalité s’ancre pourtant dans cet attachement à la mère qui nous habite tous, imperceptiblement.

La vérité du propos puis la justesse d’un face à face sont ici remarquablement instaurés par la gravité et la douceur d’une comédienne qui rend au texte de Marguerite Duras toute sa profondeur. Un moment exquis pour les femmes et qui interpelle très certainement les hommes en particulier.

Christelle ZAMORA
www.ruedutheatre.info

Théâtre Le Petit Louvre
Tel : 04 90 86 04 24
Mise en scène : Cécile Backès
Texte de Marguerite Duras extrait de La vie matérielle

Avignon OFF - Du 6 au 28 juillet à 17h30.

Photo © DR

Partager cet article

Repost 0
Published by Christelle ZAMORA - dans Festival Off 2007
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche