Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

28 juillet 2007 6 28 /07 /juillet /2007 10:30
LE GLAIVE PAR LE GLAIVE

Allégorie brutale et bruyante pour dénoncer la décadence d’un monde qui n’aime plus ses enfants, « l’Enfant sans nom » dresse, sur la trame du mythe d’Œdipe, un tableau d’une rare puissance. Radical. Et sans concession.


Dès son entrée dans la salle, le spectateur est saisi par le monde agressif, furieux et sale dans lequel on le plonge. Une fille débrayée s’agite sur des rythmes entêtants, dans une danse éperdue. Au milieu de la scène, un trône fantoche, cuvette de WC taguée. Et partout autour, des gens amorphes, comme vidés de toute vie. Personnages vidés de tout sens, dans un monde de dépravation, brutal et abrutissant. Peu à peu se dessine l’histoire d’Œdipe, prince boiteux abandonné à la mort. Enfant sans mère ni père, qui survivra. Malgré l’abandon, malgré les moqueries. Malgré la différence. Enfant qui survivra dans l’homme devenu.

enfant-sans-nom.JPG
Et le mythe franchit les âges. De – 406 à 2007. De Sophocle à Durif. Un Œdipe pluriel tue son père, commet l’inceste et porte la souillure. Mais qui porte la faute ? Le bras de « l’enfant sans nom » est-il responsable de l’acte qu’il commet ? Ne sont-ce pas les dieux, dieux modernes de nos sociétés du paraître et du vendre, qui ont armé son bras et l’ont poussé au bord du gouffre ?

Le discours, comme la mise en scène et les décors, est sans concession. Impossible d’échapper à ce tourbillon de folie qui entraine les personnages dans une spirale infernale. Les comédiens semblent imbibés de leur rôle, dégoulinant sur scène de désespérance, de haine et de vide. Parfois, une heureuse respiration vient alléger l’ensemble. Mise en abyme, légère et souvent drôle, qui permet de rappeler que l’on est bien là au théâtre. Qu’il ne faut pas gratter bien loin sous le noir propos pour atteindre l’espoir. Qu’il suffit juste de le vouloir.

A n’en pas douter, nous ne sommes pas ici dans une démarche esthétique. Encore moins consensuelle. Le travail s’apparente à une prise de position politique. Qui ne se limite pas à la parole, mais met en œuvre ses propres convictions. La création, bien jouée, violemment mise en scène et esthétiquement abrupte, n’est pas faite pour être belle. Elle est définitivement dans un autre registre. Celui de l’engagement, de la parole et du partage. Un théâtre tourné vers l’avenir. Un avenir que la compagnie « Création Ephémère » construit plus généreux.

Karine PROST
www.ruedutheatre.info

L’Enfant sans nom
, d’Eugène DURIF (d’après Œdipe Roi, de Sophocle)
Mise en scène de Philippe Flahaut

Théâtre de l’Alizée, à 21h50.

Crédit photo © Michael Bause

Partager cet article

Repost 0
Published by Karine PROST - dans Festival Off 2007
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche