Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

6 août 2007 1 06 /08 /août /2007 17:39
Patty Diphusa a été jouée avec succès à Avignon au Théâtre du Chêne Noir durant tout le Festival Avignon OFF 2007. Patty Diphusa est une star du porno qui participe à une émission télévisée. Elle incarne le double de l’auteur qui n’est autre que le réalisateur de Talon Aiguille, ou plus dernièrement Volver.

La création de Séverine Lathuillière, qui nous accorde un entretien, nous plonge au cœur du cerveau de Pédro Almodovar. Un cerveau en ébullition qui accorde un moment de gloire à son fantasme avant de s’en lasser et de le délaisser.



Lire la critique du spectacle Patty Diphusa, par Christelle Zamora.

severine-lathuillere.jpgCZ : Patty Diphusa est votre première création ; et récente de surcroît.

SL : C’est la première mise en scène qui existe vraiment. J’ai fait beaucoup de théâtre et j’ai toujours gardé ce lien intact, puis j’ai été amenée à l’écriture de documentaires pour les ateliers de création de Radio France. J’expérimentais alors l’univers sonore, le court métrage m’intéressait aussi, si bien que travailler le son et l’image a donné naissance à de premières expériences. Une toute première étape a été marquée par une performance où le plateau et le cinéma se côtoyaient déjà. Dans cette création de Patty, la vidéo représente l’inconscient du personnage projeté sur grand écran en écho au récit.  Le spectacle offre à Patty la caméra, l’écran, l’image. Mais son double, l’auteur rode.

Quel regard avez-vous par rapport à l’oeuvre d’Almodovar ?


Si l'on devait écrire l’avant-pièce de cette création, elle débuterait par Almodovar, chez lui, dans sa période Movida, une période de son existence où il se maquille, se travestit en femme. Patty, c’est son fantasme, la femme qu’il serait s’il était une femme. Et puis, il y a ce côté subversif qui m’attirait beaucoup, les années 80 si libératrices après une période politique marquée par l’empêchement. J’aimais déjà ce rapport à la société, au monde, à la politique, puis le tissu social qui entoure les œuvres d’Almodovar.

Comment avez-vous abordé le travail d’adaptation du texte et sa traduction ?


Almodovar a une façon caractéristique de traiter les souffrances et la tragédie ; avec tant d’humour et de tendresse. Il a cette faculté de décortiquer l’être humain au scalpel et de mettre le doigt sur les mécanismes psychologiques des névroses. J’aime cette empathie et cette humanité dans le regard qui est porté sur autrui. Le plus important pour moi, c'est de retrouver la rythmique propre à Almaodovar, arriver à la même musicalité textuelle qui finit par provoquer le rire. Ce rire vient aussi de l’accumulation des adjectifs dans la description que fait Patty de ce qui lui arrive. Outre les arrêts sur image, les poses donnent le ton du récit et ce qui est crucial est certainement cette rythmique propre à Almodovar à laquelle j’ai accordé une importance toute particulière. J’ai été très vigilante sur ce point dans l’adaptation.

Le choix de la comédienne Emmanuelle Rivière qui incarne Patty est particulièrement réussi, comment la rencontre s’est-elle produite ?


La  rencontre s’est produite par l’intermédiaire d’Olivier Scotto qui organisait un stage pour des comédiens dont Emmanuelle a fait partie.  A l’issu de ce stage, elle a entendu parler de mon projet, de l’alliance de théâtre et de cinéma qui était la mienne. Nous nous sommes rencontrées et dans le même temps, une amie m’a offert une traduction des chroniques de Pedro Almodovar dans un livre intitulé La Vénus des lavabos. Et c’était parti… c’est un vrai travail en binôme, elle avait travaillé une partie du texte et quand je l’ai vue, je me suis dis que c’était elle. Ensuite, beaucoup de gens nous ont aidé pour que le projet existe. Patty est avant tout le résultat d’un travail collectif.

Et aujourd’hui, un nouveau projet  en perspective ?

La diffusion de Patty est en cours actuellement mais je projette le montage de Macbeth de Shakespeare dans une mise en scène où se mêleront à nouveau théâtre et vidéo, la partie cinéma constitue toujours l’inconscient. Mais le travail sur le son qui m’est cher, sera aussi important ; pourquoi pas cette fois-ci des capteurs sonores sur le plateau avec lesquels joueront les comédiens. Le public aura aussi beaucoup plus la sensation que les comédiens entrent dans l’écran… La partie filmée sera celle des fantasmes, un second monde, celui du cosmos, des sorcières…

Propos recueillis par Christelle ZAMORA
www.ruedutheatre.info





Partager cet article

Repost 0
Published by Christelle ZAMORA - dans En bonne compagnie
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche