Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

9 août 2007 4 09 /08 /août /2007 15:50
DES MOTS ET DES RÊVES

La Compagnie Premier Acte a présenté à Avignon Macondo. Inspiré d’une histoire de Gabriel Garcia Marquez, ce conte offre au spectateur un voyage dans les couleurs de la langue.

Sur scène, deux sorcières, des foulards, des masques, de la poudre de perlinpimpin. Grimées sous le fard, deux bohémiennes prennent la parole. Simplement, spontanément, sans artifice. Assises au bord de l’eau, elles racontent l’histoire d’Estéban, le noyé échoué sur la plage, le corps gorgé d’eau et de sel. Un corps de géant, herculéen et superbe. Estéban est le plus bel homme jamais vu au village de Macondo. Le plus viril aussi, avec un sexe énorme, à faire pâlir de jalousie tous les garçons du coin. Les femmes se querellent, se chiffonnent, se crêpent le chignon pour lui rendre un dernier hommage, qu’il soit beau devant la mort, qu’il entre dans la légende de Macondo.

Macondo.jpg
Les deux bohémiennes revivent les funérailles d’Estéban et le spectateur aussi. Imperceptiblement, il est attiré par ce rivage d’un continent sauvage, où les histoires deviennent des légendes, où le réel devient fantastique, où le normal devient magique. Et dans un déluge d’étoffes colorées et de grains de sable ocre, les deux bohémiennes embarquent. L’histoire du vieil homme aux ailes immenses, le destin de la candide Erendira et de sa grand-mère diabolique… Tout s’envole et les deux conteuses emmènent très loin le spectateur.

C’est cet élan poétique que Sarkis Tcheumlekdjian donne à voir sur scène. L’adaptation du très beau texte de Gabriel Garcia Marquez est très réussie. Sobres, limpides, lumineux, les mots sont autant de vagues régulières qui rythment le spectacle et le colorent. Car tout est rouge, rose, ocre, comme les fleurs exotiques de l’Amérique du Sud. A commencer par les deux bohémiennes, captivantes, enivrantes mais dangereuses et parfois vénéneuses. Le spectateur est ivre de ces lourds parfums. Entre rêve et réalité, les deux bohémiennes racontent une histoire comme elles la raconteraient aux enfants. Macondo, c’est la magie du conte.

Marion GUÉNARD
www.ruedutheatre.info

Macondo,
d’après "l’Incroyable et Triste Histoire de la Candide Erendira et de sa Grand-Mère Diabolique" de Gabriel Garcia Marquez.
Compagnie Premier Acte, Lyon.

Avignon Off 2007
Théâtre du Chien qui fume / Avignon : du 6 au 28 juillet 2007

En tournée :
Neutrino / Genas : 25 janvier 2008
Centre Culturel Charlie Chaplin / Vaulx en Velin : 31 janvier et 1er février 2008
Théâtre Europe / Seyne sur Mer : 11 mars 2008







Partager cet article

Repost 0
Published by Marion GUÉNARD - dans Festival Off 2007
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche