Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

20 août 2007 1 20 /08 /août /2007 17:49
UN CLASSIQUE POUR DES SCOLAIRES

Chacun est sensé connaître l’histoire de ce jeune garçon qui essuie tous les malheurs, alors que la philosophie qu’on lui a inculquée consiste à croire que tout est toujours au mieux dans le meilleur des mondes. Le conte de Voltaire a conservé son actualité. Nous en sommes encore aujourd’hui à nous interroger pourquoi l’homme est-il demeuré si violent, intransigeant, égoïste, accapareur.


La troupe a pris le parti d’adapter l’auteur en jouant l’histoire sur deux niveaux. Le premier est celui de la commedia dell’arte avec ses masques, son travail corporel et vocal caricatural. Le second est celui de l’illustration par photos sur écran. Les lieux défilent donc sans nécessité de construire des décors. Les personnages présents ou évoqués s’affichent, extraits de la réalité. Des clichés d’actualité, passée ou récente, tissent un lien avec des faits connus.

Voici un excellent travail de vulgarisation. D’une part, les procédés de la comédie italienne sont étalés et utilisés avec virtuosité et dynamisme. D’autre part, le choix des diapositives crée des ruptures, imposant des visions parfois inattendues ou anachroniques, ironiques ou caustiques, interrogatives ou parodiques. Le rapport est de la sorte permanent entre fiction et vie.

Le scénario de Voltaire est basé sur la répétitivité des situations. Chaque nouvel épisode amène Candide et ses compagnons face à un drame, une tragédie, un massacre, une persécution, une injustice…  Il n’est par conséquent pas évident d’éviter la monotonie du systématique d’une structure narrative qui deviendra celle du mélodrame et que l’humour du texte sauve de l’ennui. La Cie Arcinolether n’évite pas tout à fait le piège, malgré la fécondité d’une partition scénique à géométrie variable. Reste que cette représentation est une bonne introduction à la philosophie, à la littérature et au théâtre du siècle des lumières, à la verve des humoristes contestataires.

Michel VOITURIER

Présenté aux Rencontres du Théâtre Jeune Public de Huy les 18 et 19 août 2007.

Texte : Voltaire
Mise en scène : Christophe Cotteret
Distribution : Maria Harfouche-Gentil, François Kah, Olivier Rosman, Léa Rogliano  
Costumes : Eugénie Poste 
Masques : François Kah 
Décor sonore : Julien Cotteret

Durée : 70’
Public : de 13 à 16 ans

Production : Compagnie Arcinolether (Ixelles)


Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Europe 2006-07
commenter cet article

commentaires

Romain Martin 22/02/2009 13:53

Si le décor sonore a été fait par un Normand venu de saint contest ca ne peut-être qu'excellent !

Sylvie Jamet 25/08/2007 13:25

tout ça me rapelle mon programme du BAC, il y a des années de celà !Bien bloguement,Sylvie l'AccordéonauteBlog Généraliste de Musique et d'Accordéonhttp://sylviejamet.over-blog.com

Chronique Fraîche