Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

25 août 2007 6 25 /08 /août /2007 12:02
COUP DE COEUR RUEDUTHEATRE

GENÈSE DE LA VIOLENCE


Deux jumeaux, surnommés la « Crapule » et le « Débile », incendient plusieurs lieux du village. Comment en sont-ils arrivés là ? La réponse est donnée par le flash back qui repart au moment de leur naissance et raconte la vie d’une famille besogneuse rejetée, ridiculisée, dénigrée par la communauté.

L’adhésion du spectateur est acquise dès les premières répliques. D’abord, parce que le duo gémellaire est incarné par des comédiens habités par leurs rôles. Ensuite parce que la scénographie et la mise en scène tirent parti de tous les éléments afin de les transformer en signes scéniques d’évidences. Il s’agit pour les héros de jouer leurs emplois tout en donnant vie aux innombrables partenaires marionnettes expressives qui les entourent.

T--te----claques.jpg
Cela crée un climat de distanciation grâce auquel la pièce passe sans transitions du rire de la farce à l’émotion prenante du drame. La caricature est drôle, juste, fine. Le tragique de certaines situations est bouleversant. L’humiliation paternelle par les stupides et cruels compétiteurs de chants de coq, la mort du père, la torture infligée en classe à un des gamins par un petit caïd de village… sont des séquences qui touchent à cœur.

Le décor à métamorphoses constantes, réalisées à vue par une manipulatrice intégrée au jeu, est un personnage à lui seul. Il intègre la bourgade, le café, l’usine, l’école, les terrains vagues… Il rythme les actions leur insufflant une dynamique à une œuvre qui cerne l’humain dans ses dimensions monstrueuses autant que profondément généreuses, qui démonte des mécanismes sociaux et économiques broyeurs des faibles.

L’attention est éveillée grâce à une foule de trouvailles sans cesse renouvelées qui renforcent la clarté du propos, l’épaisseur psychologique ou sociale des figurants. Le plaisir théâtral est sans faille. On sort de la représentation ébloui, ému, interpellé. Les Ateliers de la Colline ont réussi un travail exemplaire tant au niveau de la forme qu’à celui du fond.  Bravo !

Michel VOITURIER
www.ruedutheatre.info
 
Présenté aux Rencontres du Théâtre Jeune Public de Huy le 23 août 2007

Tête à claques

Texte et mise en scène : Jean Lambert 
Distribution : Quantin Meert, François Sauveur, Vanessa Lequeux 
Poupées et univers graphique : Dominique Renard 
Réalisation scénographique : Daniel Lesage, Saher Emran
Maquillages et nez : Dominique : Brévers 
Impression sur toile :Vincent Vervinckt 
Éclairages : Zénon Doryn 
Univers sonore : Mathieu Lesage
Partitions originales : Aurélie Dorzée, Tom Theuns 


Production : Ateliers de la Colline (Seraing) (www.actc.be)/Théâtre de la Place (Liège)

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Europe 2006-07
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche