Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

4 septembre 2007 2 04 /09 /septembre /2007 19:44
DANS L’OCÉAN DES SONGES

Une fillette est longée dans la lecture. Elle vibre à ce qu’elle lit, se laisse envahir par l’action qui la pénètre. Et dès qu’elle s’endort après toutes les péripéties des chapitres dévorés, son imagination prend le relais par la présence de deux danseurs, de leurs ombres et par sa propre métamorphose en ballerine complice.


L’intrusion des personnages se passe comme une entrée en un rêve. Sur fond blanc, ils dansent, miment. Ils sont présents tout en jouant avec leurs propres silhouettes projetées par des spots, avec celles qu’ils créent au moyen de leurs mains, comme ces montreurs d’ombres chinoises qui réinventent des animaux en additionnant doigts, poignets, paumes accouplés. La fillette se joint à eux par moments pour former un trio dynamique.

Plongeurs-d-ombres.jpg
Le spectacle est plutôt narratif. Il se réfère plus ou moins à ces films muets d’autrefois où les héros miment tout en accomplissant des actes quotidiens, du style Charlie Chaplin, Buster Keaton, Harold Lloyd ou, davantage proches de nous, Jacques Tati et Pierre Etaix. S’entremêlent le comique des gags, l’effrayant du monstrueux, le tendre du chimérique. Les séquences s’enchaînent, variées, sur des rythmes renouvelés.

La conception de cette chorégraphie se bâtit à partir d’oppositions : clarté et pénombre, grand et petit, solitude et compagnie, frayeur et hilarité. Réalité et imaginaire se combinent car la « fabrication » des ombres est compréhensible en direct puisque les interprètes les font surgir à partir d’un éclairage visible qui assure le léger décalage indispensable entre réalité et fiction. Aucun trucage n’est nécessaire : il devient donc loisible à chacun de reproduire des jeux avec n’importe quelle source lumineuse, sorte d’introduction ludique à un cours d’optique élémentaire. C’est le prolongement naturel d’une production qui s’avère essentiellement un agréable divertissement familial.

Michel VOITURIER
www.ruedutheatre.info

Présenté aux Rencontres du Théâtre Jeune Public de Huy le 22 août 2007

Plongeurs de l’ombre
Mise en scène et chorégraphie : Gilles Monnart 
Distribution ; Katja Pire ou Gilles Monnart, Leen Dewilde ou Marceline Ribouillault, Arvid Viaene
Scénographie : Kris van Oudenhove
Costumes : Dorine Demuynck
Décor : Kris Van Oudenhove, Dorine Demuynck
Eclairages : Kris Van Oudenhove
Musique et son : Daniel Janssens

Production : 4 Haut Théâtre (Lomprez) (www.4hoog.be : site en néerlandais sans traduction)

Durée : 45’
Public : dès 4 ans

Photo  © Caroline Vincart 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche