Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

24 septembre 2007 1 24 /09 /septembre /2007 08:45
ICARE AU CONGO

Le rideau n’est pas levé que déjà les cinq comédiens pointent leur nez. Assis sur le bord de la scène, le claquement de leurs mains se calque sur des rythmes africains. Préambule à un spectacle vivant, plein d’émotions brutes, un mythe grec à la sauce africaine contemporaine, souvent profond, jamais moralisateur.


Immergé dans les réalités congolaises d’aujourd’hui, Lorent Wanson revient au Poche avec un spectacle ambitieux et fort. Fruit de rencontres, de témoignages de comédiens, danseurs, prostituées, anonymes, Africare revisite le mythe d’Icare à travers les défis africains d’aujourd’hui. Quatre gros cylindres de fer, un patchwork de tissus blancs pour toile de fond, un projecteur vidéo composent le seul décor d’une scène épurée, toute en sobriété. Les musiques et danses africaines, servis par cinq comédiens  au rythme de feu, placent immédiatement le spectateur en immersion dans cet univers percutant. Violence, pouvoir, corruption, guerre, viol, maladie, prostitution mais aussi amour, art, courage, espoir.

Africare2.jpg
Une mise en scène très habile met en perspective les comédiens et des témoignages vidéo sur différents supports : la toile de fond, des petits écrans placé au milieu de la scène, des tissus portés par les comédiens. L’image projetée sur eux, ils sont tels des griots, des passeurs d’histoires dont le corps devient un support de la parole de l’autre. Leurs récits personnels se mêlent à ces témoignages vidéo, ils entrent en interaction, se répondent, s’interpellent. Bribes d’images, témoins de la barbarie ordinaire en temps de guerre. Un corps amputé et calciné est traîné le long d’une route. Ce corps est bel et bien un corps. Une réalité qui dépasse l’image. Les victimes d’une guerre ou du Sida ne sont pas des chiffres annoncés entre deux informations d’un journal télévisé mais des êtres humains avec une trajectoire, une famille et des rêves.

Lueurs d'espoir

Un petit garçon annonce sur la toile de fond les étapes du mythe comme le pouvoir, le labyrinthe, l’insouciance. Les comédiens placent des masques africains sur leurs visages. Pas de deux entre Grèce antique et Afrique, mythe et réalités. Les témoignages sont crus, bruts, difficiles à admettre. Et malgré toute cette tragédie pointe toujours une lueur d’espoir. Comme pour ces femmes violées, meurtries au plus profond. Elles donnent naissance à un enfant dans toutes les douleurs possibles. Et finalement la maternité l’emporte et l’amour refait surface, dépassant ainsi la souffrance. Un homme retrace son chemin, une éducation privilégiée puis à dix ans la rupture. Il s’engage dans l’armée puis déserte au bout de deux semaines pour atterrir dans la rue, sans perspectives. Suivant une formation, il devient artiste et envisage l’avenir avec une nouvelle perspective.

Les comédiens sont flamboyants, la danse comme exutoire, leur chant est tant une complainte qu’un cri d’espoir. Les corps se tordent, rampent, sautent, ils incarnent la douleur et l’énergie qui les habitent. Cette interprétation très viscérale ne peut laisser le spectateur indifférent, on vibre au rythme de ces récits, de ce mythe bien ancré dans la réalité. Africare reste déroutante tant sur le fond que dans sa forme. Et si Icare se brûle les ailes en voyant se rapprocher le soleil, la pièce elle, s’envole vers des cimes de justesse et d’émotion.

Gabriel HAHN (Bruxelles)

Africare au Théâtre de Poche, du 11 au 29 septembre à 20h30

Conception et mise en scène : Lorent Wanson
Interprétation : Jocelyne Ntululo Nafranka, Murhula Cishesa Imani, Olivier Maloba Banza, Efika Lesiso Espérance, David Kawama Kazembe, Karine Kapinga
Lumières : Guy Simard
Scénographie : Daniel Lesage
Vidéo : Clarisse
Chorégraphie : Jacques Bana Kanga

Photos : Droits réservés

Partager cet article

Repost 0
Published by Gabriel HAHN - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche