Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 14:39
DUO "HOUSE"

C’est l’événement de cette rentrée montpelliéraine toute tournée vers la coupe du monde de rugby : Rhinôcérôse et Mathilde Monnier se sont produits le 15 septembre dernier au Zénith pour le bonheur des fous d’électro et les mordus de danse contemporaine dans un duo intitulé Rinô in Dance.


Tenter de dire qu’ils sont éclectiques parce qu’ils tendent à ne pas se laisser enfermer dans un genre en particulier semblerait banal. Affirmer que leur créativité est protéiforme saute aux yeux comme une évidence. Le groupe, montpelliérain d’origine, en est à son quatrième album et a connu ces dernières années un succès fulgurant.

Dans une veine créatrice fondue dans un rock explosif, non loin des excentricités d’un Philippe Katerine, complètement dans la mouvance de groupes des années 80, ou des fantômes rock des seventies, les voilà en connivence avec Mathilde Monnier, chorégraphe, danseuse, et directrice du centre chorégraphique de Montpellier. Une alliance quelque peu surprenante même si ce groupe français fondé par Jean-Philippe Freu et Patrice Carrié, dit Patou, tous deux psychologues de métier, mixe de la musique rock et électro.

Donner du corps au son

Dans une première collaboration pour la création du clip de Cubicle, titre phare du dernier album du groupe, Mathilde Monnier avait composée une chorégraphie en concordance avec l’explosion sonore des compositions de Rhinôcèrôse. Autre point commun, le groupe et la chorégraphe ont tous deux travaillé avec Philippe Katerine. Sur scène, il s’agissait de conquérir l’espace, un espace déjà plein d’une invasion sonore dynamisante. La première incursion d’une danseuse habillée en rose fluo, perruque au point, a fait l’effet d’un électrochoc pop. La rétro projection un peu décalée qui accompagnait une gestuelle déchaînée sur les traces d’une folie corporelle affichée n’en était que l’affirmation la plus claire. Après ce provocant clin d’œil à Andy Warhol, le concert a pris une tournure plus métallique, un peu froide tout en alternant des tonalités house, rock, hard rock ou funky, renversantes. Si ce groupe n’a pas de chanteur attitré, il arrive que Jessie Chaton hurle aussi fort que le son ravageur des guitares rock qui l’entoure. Une fois entré dans la musique, il ne restait plus qu’à se laisser emporter par le tournoiement des six danseurs qui ont ensuite ponctué de leurs mouvements les rythmes endiablés. Une façon de donner corps au son.

On s’interroge parfois sur ce qui permet aux danseurs de rester debout tant ils ont tournoyé sur eux-mêmes. Puis, ils chaussent leurs guitares et tous se mettent à émettre, les instruments rugissent puis passent du statut d’instrument à celui d’objet entre les mains de corps indomptables. Pas trop surprenant quand même quand on sait que Jean-Philippe Freu et Patou Carrié (alias Rhinôcèrôse) ont toujours déclaré vouloir composer de la house avec cet instrument à corde, ce qui a fait d’eux des pionniers en la matière. Individus plongés dans leur hystérie, solitaire ou collective, simples passants ou musiciens d’un soir, les danseurs se sont défoulés même si parfois ils ne semblaient pas complètement au point. Un duo décapant, irrésistiblement entraînant, a filé la pêche à un public conquis, parfois surpris ou carrément déçu. Pour cette soirée, gratuite de surcroît, le Zénith de Montpellier a accueilli près de 2.000 personnes tous âges confondus. Un événement en soi.

Christelle ZAMORA (Montpellier)


Danse : Mathilde Monnier, Yoann Demichelis, Julien Gallé-Ferré, Natacha Kouznetsova, I-Fang Lin
Musique : Patrice Carrié (basse), Jean-Phiippe Freu (guitare), Florian Brink (guitare-chant), Frédéric Pace (batterie percussions), Frédéric Ladoue (vidéo), Jessie Chaton (chant), Mark Gardener (chant).

Partager cet article

Repost 0
Published by Christelle ZAMORA - dans En Région 2007-08
commenter cet article

commentaires

ERIC 03/07/2009 21:07

Serait ce alors Jessie CHATON qui m'a herissé les poils quand j'ai entendu ¨Bitch¨.J'ai cru un instant à la réincarnation de Bon SCOTT et j'ai couru chez mon disquiare acheter l'album.Est ce un clin d'oeil à AC/DC?Biz.

Chronique Fraîche