Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 17:07
AUTOPSIE D’UN COUPLE EN PERDITION

Deux ans après la mise en scène d’Annick Blancheteau, L’Autre revient sur les planches. Cette fois-ci, le metteur en scène n’est autre que Florian Zeller, l’auteur de la pièce. Et pour cette saison, il est accompagné de trois jeunes comédiens de talent.


Le résumé de l’histoire pourrait tenir en quelques mots. Comme dans un vaudeville, on retrouve un mari trompé, une femme adultère et un amant. Bien sûr, on peut se dire que cela sent le déjà-vu.  Sauf qu’ici, on est bien loin du vaudeville. Ici tout n’est que subtilité. L’important n’est pas de savoir quand ni comment sera découverte la tromperie. Mais de s’interroger sur le temps qui passe, sur ce quotidien qui érode l’amour malgré toutes les précautions des amants, sur cette angoisse universelle de voir un jour l’amour s’étioler, puis s’échapper.

Dans un décor noir minimaliste, ils sont trois comédiens à se croiser. Pour sa première fois au théâtre, Sara Forestier joue à merveille une jeune femme un peu superficielle, mariée à un homme qu’elle aime de moins en moins. Son mari (Stanislas Merhar) se doute du manège de sa compagne. Ecrivain raté, il s’ennuie toute la journée et ne pense qu’à elle qu’il étouffe d’amour bien qu’il ne supporte plus ses défauts. L’Autre raconte l’histoire d’un couple qui ne voulait pas que « l’amour s’use », qui ne voulait pas « ressembler à ceux qui mangent en silence ». Mais qui, finalement, n’a rien su faire contre le temps et qui se retrouve à  flirter entre amour et haine. Et puis, il y a l’autre : Aurélien Wiik. L’amant faussement indifférent qui ne rêve que de voir sa maîtresse devenir sa femme. Une ombre sur le tableau, qui ne cesse de s’agrandir. Sa présence est-elle réelle, fantasmée ou seulement redoutée ? Mystère…

Un puzzle à reconstituer


Dans ce chassé-croisé de scènes passées, présentes et futures, on a parfois l’impression de se perdre. Loin d’être désagréable, ce sentiment renvoie à la complexité de la vie. Labyrinthe de l’amour, confusion des sentiments, la réalité n’est jamais simple. Pour parvenir à la percer, il faut reconstruire le puzzle et patienter jusqu’à la fin pour obtenir la dernière pièce.
Au-delà du jeu, L’Autre est aussi une pièce qui s’écoute. Le texte ciselé, précis voire parfois compliqué, semble témoigner de cette difficulté de communiquer que deux personnes, même les plus proches qui soient, peuvent rencontrer.
Avec sa voix rauque et sensuelle, Aurélien Wiik est captivant. Mi-ange, mi-démon, son personnage est auréolé d’une brume mystérieuse. Stanislas Merhar, dans le rôle du mari maniaco-dépressif, parvient à passer de la haine à l’amour avec adresse. Quant à la prometteuse Sara Forestier, elle réussit avec bien du charme et bien du talent ses débuts sur les planches.

Juliette CELLO (Paris)

Texte et mise en scène de Florian Zeller
Assisté de Thibault Ameline
Avec Sara Forestier, Stanislas Merhar, Aurélien Wiik
Scénographie : Antoine Malaquias
Costumes : Marylène Gars-Chambas
Lumières : Laurent Béal
Musique de Christophe
vidéo d'Anthony Duguet

Réservation par tél. : 01 53 23 99 19
www.comediedeschampselysees.com

Au Studio des Champs-Élysées
Jusqu’au 31 décembre 2007
Du mardi au samedi à 21h
Matinée les samedi et dimanche à 16h30

Photo © DR

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette CELLO - dans À Paris 2007-08
commenter cet article

commentaires

ZELLER 13/11/2007 17:01

Merci Juliette pour votre article. Je le transmets aux acteurs ; il leur fera très plaisir. A bientôt.F.Z.

J Luc 03/11/2007 13:55

je ne trouve pour ma part aucun talent à cette sara forestier dont la blondeur et la fraîcheur de jouvencelle plasent sûrement aux médias, un coup ludivine sagnier, un coup cécile de france, vous les médias, vous aimez bien trouver les nouvelles catherine deneuve et carole bouquet de demain (je les hais toutes deux) mais ce n'est pas avec un jeu si prosaïque que la relève est assurée. Auant aller voir Laura Smet au cinéma, elle est nulle mais au moins on voit ses formes. Je plaisante un peu et j'espère éviter votre censure, mais sérieusement, cette gamine de sara ferait bien de prendre des cours de théâtre ou d'improvisation, comme vous en proposez par ailleurs !! JLuc

Chronique Fraîche