Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 17:32
DU SANG DANS LA TOUR INFERNALE

Dans une tour de bois à l’architecture rappelant les structures du théâtre élisabéthain, les comédiens d’Arsenic et les marionnettes du Tchèque Petr Forman jouent la montée au pouvoir et la descente aux enfers du couple Macbeth.


Le public se répartit sur plusieurs niveaux, dans des espaces étalés et éclatés mais très proches des acteurs. Ceux-ci ne cessent de surgir à des étages différents, conférant à l’espace des dimensions inattendues. L’action passe du sol aux cieux et aux abîmes, de l’ambition à l’ascension et à la chute. La mise en scène de De Booseré vise à intégrer les ingrédients complexes de la tragédie de Shakespeare : drame sanglant, récit à connotations fantastiques, portrait psychologique, exploration de délires, analyse des interactions d’un système hiérarchique.

Macbeth--c--Veronique-Vercheval.jpg
Les costumes patchwork de Maggy Jacot chatoient. Les éclairages sophistiqués de Gérard Maraite créent les pénombres propices aux mystères et aux complots nocturnes. L’espace sonore, lui, amplification quasi permanente du volume du lieu scénique, souligne, non sans lourdeur, à la manière d’une bande son de thriller cinématographique, les atmosphères inquiétantes. Il s’étend à la parole des interprètes qui passe, parfois de manière fort artificielle, du direct au filtre des micros, de la voix nue à sa reprise en off. De leur côté, les pantins étrangement beaux de Forman apportent des présences fantomatiques. Ils permettent des effets de foule, des contrastes de statures, des impressions de chœur jetant sur les événements un regard de témoins.

Actualité de la soif de pouvoir

La thématique shakespearienne se révèle en phase avec l’esprit de notre temps. L’ambition personnelle assouvie au détriment des autres est plus que jamais caractéristique d’une époque où chacun veut avoir tout et tout de suite. Où l’appât de la richesse engendre magouilles financières, délocalisations industrielles, restructurations avec pertes d’emplois, dégradations des conditions de travail tandis qu’actionnaires et dirigeants s’arrogent tous pouvoirs et tous bénéfices. La réplique célèbre « C’est un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien » s’applique assez justement au modèle de fonctionnement néolibéral de notre société soumise à la dictature du profit.

Le spectacle ne manque donc pas d’intérêt. Il souffre d’un rythme pas toujours dynamique, dû en partie à l’exiguïté des lieux. Il laisse quelque peu le spectateur sur sa faim par la sous-utilisation des marionnettes qu’on aurait aimé davantage présentes. Il est porteur d’images fortes comme les poignards volants, les mains ensanglantées, la chute vertigineuse de la reine suicidée, l’éclatement architectural final… Il résume bien la pièce originelle ne conservant que l’essentiel de la montée en Macbeth de sa soif de  puissance, l’influence manipulatrice de son épouse, le renversement des valeurs qui permet de passer de la fidélité à la traîtrise, de l’honneur à l’horreur.

Michel VOITURIER (Bruxelles)
Macbeth
Texte : William Shakespeare adapté par la Cie Arsenic
Mise en scène : Axel De Booseré et Mireille Bailly
Distribution : Mireille Bailly, Cédric Célorio Lopez, François de Saint Georges, Antonio Fernandez Reina, Jean-Luc Giller, Patrick Lerch, François-Michel van der Rest
Scénographie et costumes : Maggy Jacot
Création et animation des marionnettes : Petr Forman
Espace sonore : François Joinville
Éclairages : Gérard Maraite
Effets spéciaux : Paco Argüelles 
Accessoires : Marie-Claire Dardenne, Juliette Baudoin
 
Production : Arsenic (Liège) / Grand Théâtre de Luxembourg / Théâtre des Capucins (Luxembourg) / Théâtre de la Place (Liège) / Théâtre national (Bruxelles)

À Charleroi pour les 40 ans du Théâtre de l’Ancre et le festival Bis-Arts  du 26 octobre au 3 novembre (071/31 12 12)

En tournée : Bruxelles du 14 novembre au 1 décembre (02 203 53 03); à Huy de 12 au 28 décembre (085 21 12 06); à Nancy de 11 au 26 janvier 2008 (0383 37 42 42); à Ottignies Louvain-la-Neuve du 8 au 12 avril (010 41 44 35); à Montargis du 24 au 27 avril (0238 95 02 15); à Sénart du 21 au 31 mai (0160 34 53 60); à Montpellier du 12 au 21 juin (0467 63 66 67)

Photo © Véronique Vercheval

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche