Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

8 novembre 2007 4 08 /11 /novembre /2007 22:36
UN VENT DE SIBÉRIE

Cela sonne comme un hommage funèbre convenu mais rien de plus tonique que la création mondiale de la dernière oeuvre de Lars Norén qui nous arrive comme une bourrasque glaçante !

Lars Norén est à la fois auteur et metteur en scène de cette pièce primitivement appelée "Ombres d'enfants". Pourquoi ce changement de titre ? L'auteur dramatique suédois Lars Norén était déjà dans l'élaboration de son projet théâtral quand survint la dramatique disparition de la journaliste russe Anna Politkovskaïa. Relisant son ouvrage :"Douloureuse Russie/Journal d'une femme en colère"(1), il y trouva comme un écho à sa démarche. En effet, n'écrivait-elle pas : "…ceux qui nous dirigent sont obnubilés par l'argent…/…quant aux simples citoyens, ils ne sont que des détails fâcheux. Et s'ils entravent les aspirations des puissants, et bien, ils seront éliminés, sans état d'âme. Si leurs maisons gênent, elles seront brûlées. S'ils survivent à l'incendie, on les mettra à la décharge. Et s'ils se retrouvent à la décharge, ils n'en auront plus pour longtemps, car personne ne survit indéfiniment dans ces conditions. Tant pis pour eux, ils n'avaient pas à se trouver au mauvais endroit au mauvais moment." Il voulait montrer des enfants des rues, il voulait prendre sa source dans la réalité, convaincu de la nécessité de la parole dénonciatrice… lui aussi !

Anna.jpg
"Est-ce ainsi que les hommes vivent…" ? (2)

Quelques praticables d'acier modulables sur un plateau sombre et nu jonché de papiers noircis : un dépotoir, une rue, un appartement… tout à la fois : la zone, en bref. Une zone de non droit, même pas celui de vivre, tout juste celui de survivre dans une jungle où l'humain, la perversité en sus, devient pire que l'animal sauvage. Un site de bout du monde à la fois en Europe ou aux marges de celle-ci - un "pays de l'Est" ? - une ambiance post cataclysmique. Une guerre s'est terminée ? Une reconstruction, partielle, serait-elle en cours ? Quelques-uns, nantis, semblent le dire mais les autres, quasiment tous les autres, adultes et enfants, sont livrés à leur sort et errent, complètement désemparés, prêts à tout, certains en proie à la misère et à une totale désespérance, qu'ils noient dans l'alcool, la drogue, le sexe monnayable et les comportements agressifs. Des adultes parents d'enfants et des adultes prédateurs d'enfants se côtoient, pire : font commerce. Et malgré tout, chez certains encore, une recherche d'affection, de tendresse, un besoin de rêves.

L'œuvre de Lars Norén s'est, depuis toujours, centrée sur les difficiles rapports familiaux, mais aussi sur la solitude et l'exclusion, le pouvoir et la corruption. On retrouve ici tous ses thèmes et son écriture, à l'image de ceux-ci, les mots comme les maux : coups de poing rudes, brutaux, sans concession ni la moindre fioriture. C'est la violence à se passer comme un bâton relais dans une course-fuite en avant avec des images-choc de suppliciés, d'enfants sacrifiés, d'une génération perdue se disputant âprement des portions de territoire.

Une excellente distribution belgo-franco-suédoise sert admirablement le propos de l'auteur-metteur en scène qui entend, par ce constat impitoyable, nous faire opérer une plongée dans un univers d'autant plus terrifiant qu'on ne peut douter qu'il existe, à nos portes.  Avec l'appui de la scénographie et des costumes de Gilles Taschet, des lumières de Benoît Gillet.

Regrettons qu'une fâcheuse habitude de programme minimum ne nous permette pas d'associer l'acteur/actrice et le rôle qu'il/elle interprète… surtout quand elle s'applique à des artistes que l'on découvre et qu'une fréquentation assidue des scènes belges ne nous permet pourtant pas d'identifier… A citer en bloc, donc : Gauthier Baillot, Jean-Pierre Baudson, Alfredo Ca_avate, Laurent Caron, Malin Crépin, Patrick Donnay, Agathe Molière, David Murgia, Clara Noël, Nicolas Struve, Alexandre Trocki.

Suzane VANINA (Bruxelles)


1) Buchet/Chastel, 2006
2) adaptation par Léo Ferré du poème de Louis Aragon

Crédits Photos © Véronique Vercheval

Coproduction Théâtre National de la Communauté Française/Belgique,Théâtre Nanterre-Amandiers/France, Riks Drama Riksteatern-
Du 3 au 17.10.2007 au TN/Bruxelles –Tél : +32(0)2.203.53.03 - www.theatrenational.be

Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche