Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 00:11
TOURNER EN ROND EN SOI

Clara est incarcérée à la prison de Fleury-Mérogis. Seule dans sa cellule, elle laisse vagabonder son esprit. Elle parle d’elle, elle fantasme, elle dit le vrai et invente le rêvé. Elle est une solitude nourrie d’elle-même.


Le parti pris de l’interprète (qui est aussi sa propre metteuse en  scène) est de jouer sur la neutralité. Le ton de la voix et son débit restent constants, presque monocordes parfois. Comme un constat clinique. Le parti pris de l’auteur est de rester littéraire. Il ne cherche pas à faire populaire. Il s’engage dans le poétique, l’élaboré. Il invente un personnage destiné au théâtre. Il ne se préoccupe pas de témoignage réaliste sur les conditions carcérales.

clara69.JPG
Du coup Clara montre davantage des cheminements mentaux qu’un cas social, qu’un problème sociétal, qu’une personne à écraser de culpabilité ou à qui accorder pitié. Le spectateur assiste donc à un monologue incarné dans un espace immaculé, vierge, si ce n’est la présence fantasmatique d’un grand daim naturalisé. Il ne s’agit donc pas nécessairement de geôle. Cela peut être n’importe où, y compris dans la pensée de la locutrice. L’espace est clos, même fictivement du côté de la salle. La détenue est bien seule à tourner en rond dans l’espace et dans sa tête.

Des bribes de réel, comme un braquage, se mêlent à des élucubrations personnelles qui sont liées à des besoins de liberté, d’horizon, de reconnaissance de personnalité, de revanches à prendre. Alors le lieu change sa couleur. L’éclairage le rend vert, rose, ou bleuté. Il se laisse encercler à certains moments par des bruits extérieurs de couloirs ou de portes ou de voix sans abdiquer son intemporalité ni sa neutralité.

C’est un bel exercice. Il dégage peu d’émotion. Il conserve un aspect clinique qu’on observe sans y prendre vraiment part et dont on se demande après coup ce que cela a bien pu apporter à la sensibilité des spectateurs, à leur compréhension du monde, à la connaissance de leurs semblables.

Michel VOITURIER (Lille)

Clara 69
Texte : Gildas Milin
Mise en scène et interprétation : Anne Caillière
Scénographie : Sigolène de Chassy, Elise Capdenat
Lumière : Gilles Gentner
Son : Olivier Renouf

Production : Théâtre du Nord / Amandiers de Nanterre

Au Théâtre du Nord à Lille du 8 au 17 novembre.
En tournée : aux Amandiers de Nanterre du 23 novembre au 21 décembre.

Photo © Pidz

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Région 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche