Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 17:40
UN MOMENT INTENSE ET POETIQUE

Dans la cadre de la saison Montpellier Danse, le théâtre La Grande Ourse de Villeneuve lès Maguelone a accueilli « Plaine des Sables », une chorégraphie signée Anne-Marie Porras, à vivre comme une recherche mystique, sensorielle et légendaire.


Cette chorégraphe possède au demeurant un itinéraire étonnant dans le milieu de la danse jazz contemporaine, pour avoir signé une première création pour le Conservatoire de Béjart à la fin des années 70. Elle assure ensuite la chorégraphie de la partie française du film de Claude Lelouch « Les uns et les autres », ce qui ne l’empêche pas d’avoir quelques chorégraphies à son répertoire. « Plaine des Sables » retrace l’histoire d’hommes chevaux évoluant dans un univers proche du chamanisme.

Plaine-des-Sables1----H-Dagues-1-.JPG
Six danseurs progressent sur une composition originale d’Armand Amar, bien connu du milieu de la danse contemporaine pour avoir abondamment travaillé sur l’art percussif. Outre cet accompagnement sonore, qui laisse place à maintes reprises à une musique ethnique, le souffle des danseurs marquera parfois à lui seul le tempo. Ces êtres à la musculature magnifiée rejoignent de temps à autre dans leur cheminement esthétique l’initiation totémique, tandis que l’animalité et le sauvage placés au centre de l’expression favorisent une atmosphère tribale.

Du primitif dans l’art

Une démonstration aussi puissante que gracieuse oriente le spectateur vers une recherche du poétique et du sensible à trouver dans un état primitif. Devant ces corps déployant tant d’animalité, le public se laissera guider par la fougue, poursuivant la magie d’instants livrés à la danse. Dans le fond, le travail chorégraphique conduit constamment le danseur en direction d’une recherche intérieure. De surcroît, la rêverie rejoint la réalité lorsque l’on sait que cette création porte le nom d’un lieu qui vibre dans le cœur de tout Réunionnais. La chorégraphe explique que ses personnages mi-homme, mi-chevaux racontent un parcours si ce n’est un conte, voire même une naissance, dont l’origine est à chercher très loin dans les steppes. Et c’est assurément un voyage envoûtant, qui mêle force, fragilité et pudeur dans de perpétuels corps à corps époustouflants.

                        Christelle ZAMORA (Montpellier)

Direction artistique : Anne-Marie Porras
Interprétation : Didier Barbe, Jean Kouassi, Yann Cardin, Gianluca Girolami, Hanri Haddad, Stephen Bongarçon
Musique de Armand Amar
Lumières : Jacques Châtelet
Scénographie, Costumes : Laurence Alquier
Montpellier Danse 2007 -  Théâtre La Grande Ourse
Les 9 et 10 novembre 2007.

Photo © H. Dagues

Partager cet article

Repost 0
Published by Christelle ZAMORA - dans En Région 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche