Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

4 décembre 2007 2 04 /12 /décembre /2007 23:49
Y A DE L'AMOUR DANS L'AIR,  Y A DU FEYDEAU DE TRAVERS…

Son directeur, Christian Machiels,  l'avait annoncé : plus qu'une résidence, ce sont les clés du théâtre qu'ont entre les mains pour toute une saison, quatre jeunes metteures en scène : Aurore Fattier, Sabine Durand, Chloé Spoto, Sophie Kojac.


"La Puce à l'oreille" (1907) est la première réalisation. Elle est due à Aurore Fattier qui la considère comme le premier volet d'une trilogie consacrée au thème du "langage amoureux dans le théâtre classique français", soit Feydeau avant… Racine ("Phèdre") au printemps.

La-puce----l-oreille.JPG
Voici donc un coup de projo matériel-de-dernière-génération sur cet habile faiseur de Feydeau, tout grand maître d'un "genre", le "vaudeville amélioré", peut-être moins anodin et superficiel qu'il n'y parait. C'est à la recherche de l'auteur, de ses intentions, de son époque autant que de l'œuvre qu'est partie Aurore Fattier, en se défendant de toute intention iconoclaste gratuite. Une recherche effectuée sous l'œil bienveillant de Martine Wijckaert, d'autant plus attentive qu'elle s'est mise sous sa direction en assumant le rôle d'Olympe dans la pièce.

"Du Feydeau de travers ?" Pas bouffé par les vers, ni par les mites, en tout cas !

Et pourtant, voilà une version décoiffante qui a déconcerté certains spectateurs.  Revient alors, une fois de plus, sur le tapis la discussion "touche pas à "mon" classique", celui que j'ai vu quand, moi, j'étais jeune, quand, moi, pourtant, je ne peux certifier qu'il correspondait à la vision de l'auteur ! Une querelle qui ne s'occupe plus tant des auteurs que de la façon de les mettre en scène. Qu'a voulu Feydeau, outre construire un modèle imparable d'efficacité, "la fameuse mécanique d'horlogerie du vaudeville", déclencheur garanti du rire… ? Dans une époque où le pur divertissement triomphait avec les opérettes (d'André) Messager and Co et les vaudevilles années 70, son propos se voulait plus incisif, et  sous couvert du "faire rire", d'amuser, il entendait faire rire aux dépens de…et ridiculiser une certaine société trop contente d'elle-même en dévoilant ses travers sous son masque de convenances. Montrer l'imposture des "apparences"… l'essentiel n'est-il pas là ? Outre le "comique de situations", n'y a-t-il pas, aussi, le côté délicieusement choquant ?

Et comment donc "choquer" aujourd'hui si ce n'est en allant jusqu'au bout de l'entreprise de l'auteur, en dénudant, non plus une épaule, mais le reste ? - Habits et déshabillés de Adriana Da Fonseca - C'est ce à quoi s'est employé la joyeuse bande de comédiens agiles et habiles : Coraline Clément en Antoinette, Pauline D'Ollone en Raymonde, Aurore Fattier en Eugénie, Prunelle Rulens en Lucienne et, chacun se partageant plusieurs rôles : Photios Kourgias, Denis Laujol, Nicolas Luçon, Achille Ridolfi, Vincent Sornaga. Jamais didascalies et descriptions des lieux n'auront été si plaisamment dites, par une Martine Wijckaert particulièrement audacieuse et en verve. Tous se déchaînent dans un beau décor lumineux - scénographie due à Sébastien Monfè - pour le salon bourgeois comme pour "Le Minet Galant", autant qu'ingénieux : la machinerie d'un plateau tournant dans la deuxième partie s'ajoutant en partenaire du tourbillon et de l'hystérie collective. Aurore Fattier emmène sa bande de potes en crescendo dans une sarabande endiablée qui sied particulièrement à cette deuxième partie cauchemardesque dont l'invraisemblance devient nonsense, burlesque, et l'absurdité… dénonciation de tous les usages, conventions, ridicules et surtout hypocrisies d'une société bien-pensante. Complètement dépassée, vraiment ?

Suzane VANINA (Bruxelles)

"La puce à l'oreille" au Théâtre de La Balsamine
Ainsi que deux auteurs : Olivier Coyette et Alain Cofino Gomez(ce dernier Prix SACD 2007) et des jeunes compagnies dans un "esprit maison" de personnes qui vont se croiser : "La Balsa est habitée".
photos © La Balsa

Du 6 au 17.11.2007 au Théâtre de La Balsamine – Tél : 02.735.64.68
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche