Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

11 décembre 2007 2 11 /12 /décembre /2007 20:45
MOMENT D’OVNI…

Tentative d'explication : aucun terme ne peut être valablement accolé à ce moment de spectacle qu'il faut vivre en direct. Alors allons-nous, encore, parler d'"ovni" pour qualifier ce spectacle ? Appliquer une étiquette "ovni" à qui rejette le rangement rationnel ? Disons "spectacle atypique" ? Pas plus original, c'est vrai, alors qu’en fait d'originalité, il en déborde, ce spectacle ! Comme de plus en plus de créations (belges en particulier) émergent hors des coulisses battues du théâtre traditionnel… l'atypique deviendrait ordinaire ?

 
Le jour de l'envol est celui où on lâche un ballon. Ca se passe une fois l'an, dans un pays lointain, parait-il. Au Brésil, des gens - les « baloieros » - s'investissent longtemps (trois ans) dans la construction et la décoration d'un grand ballon. Le jour où il s'envole, emportant luminaires et bougies, il ne met pas plus de vingt minutes pour disparaître dans la nuit. Vingt minutes de rêve, de liberté, d'envol, ça n'a pas de prix pour les « baloieros »…

lejourdelenvol-026.JPG
L'idée de ce lâcher de ballon dans le ciel, comme le jet d'une bouteille à la mer, a fait son chemin. Ici et maintenant, avec et pour un public, une fanfare doit répéter avant de se produire sur le kiosque, préparer des guirlandes et surtout l'envol d'un ballon. Pour une sorte de Fête Nationale… qui n'existe pas. Nos cinq musiciens sont fantasques - peut-être même fous, ce sont eux qui le disent – les instruments sont rebelles, le chef d'orchestre tient des discours étranges, contaminant les "conversations" des autres, et le (tout petit) ballon, dérisoire,  ne sera retrouvé qu'à la fin, pour l'envol tant attendu.

Les mots… non plus pris pour ce qu'ils disent mais pour ce qu'ils sont : des sons

Joindre les gestes aux paroles, mêler les musiques aux voix : tout est musique dans "Le Jour de l'Envol", écrit, composé et mis en scène par Olivier Thomas. Une même pulsation musicale parcourt et sous-tend le spectacle, avec des rythmes variés, différents, elle est aussi la petite flamme qui est  éloge de l'éphémère, du fragile et de l'espoir, quelque part… La déconstruction du langage à laquelle on assiste n'a rien à voir avec la démarche d'une "Terre Happy" à la Bruno Coppens (1) mais se rapprocherait plutôt de la construction sans cesse mouvante d'une langue façon Oulipo(2), où l'on ne cherche pas les effets sur un public, mais où on lâche la bride à l'imagination verbale en savourant les charmes du baragouin. Jubilation personnelle et charmes à partager si l'on veut bien suivre, se laisser aller... Mais le surréalisme, on connaît, le "vrai", pas le terme tant galvaudé, celui qui se perpétue ici et ailleurs. Olivier Thomas ne reprend-il pas à son compte le "Patamorphose du j'e" de Jacques Duchâteau (3) : "il y a le moi qui dit je par jeu. Et le moi qui dit je croyant dire nous…" etc. Il va plus loin, il y ajoute une foultitude d'instruments, y compris les cordes…vocales, borborygmes et onomatopées. Il est plus charnel, plus physique, plus ouvert et accessible aussi.

Un pierrot solaire

Olivier Thomas est une sorte de pierrot qui ouvre ses grands yeux étonnés sur le monde, vite émerveillé, vite déçu. Un poète très enthousiaste et un peu mélancolique. Il mène sa petite troupe caracolante de fanfarons, unie dans une parfaite homogénéité alors que son chef donne l'impression d'improviser en permanence. Le fin du fin : cela suppose justement une parfaite maîtrise de ces musiciens talentueux, du reste enseignants en écoles renommées et musiciens dans divers groupes et productions théâtre et cinéma.

Le "Jour de l'Envol" est le troisième spectacle Tomassenko. On connaît d'eux le récent CD de la "Danse des KomNous", leur résidence d'une semaine au Théâtre des Doms/Avignon, en août 2006, la participation à "BXL Bravo" début 2007 et tout récemment dans le spectacle "Le Gris" au Rideau de Bruxelles (4)

Suzane VANINA (Bruxelles)
1 et 4) Voir autres critiques sur le site
2 et 3) écrivain-fondateur, avec Queneau et d'autres surréalistes de l'"Oulipo"/ OUvroir de LIttérature POtentielle"…


Comédiens-musiciens : Catherine Delaunay, Jean-Yves Evard, Michel Massot, Etienne Plumer, Olivier Thomas
Costumes : Odile Dubucq
Lumière/Son : Gaëtan Van den Berg
Décor : Olivier Waterkeyn
Coproduction Tomassenko-Théâtre de la Balsamine, à "La Balsa" du 4 au 22.12.2007 –
Tél : +32(0)2.735.64.68  

Photo © Nicolas Marchant

Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche