Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 00:52
COMMÈRES DE BAS ÉTAGE

Dans le petit théâtre de Nesles, dans une très belle cave voûtée toute en pierre, se jouent Les Voisines. Une comédie en huit tableaux dont le texte a été sélectionné au concours d’écriture 2006 du Théâtre Montansier, à Versailles. Pourtant… difficile d’être séduit.


Faire une pièce sur les rapports entre voisines, l’idée de départ paraît bonne. Forcément, on s’attend à des rumeurs, à des liaisons dangereuses, à des gestes déplacés. Bref, on veut de l’action et du croustillant. Malheureusement, au théâtre de Nesle, on n’y est pas vraiment. Cette comédie, en huit tableaux indépendants les uns des autres, donne à sourire plus qu’à rire.

voisinesPt-de-vue-1.JPG
Presque toutes les histoires tournent autour du mari, qui ne correspond pas aux attentes de sa femme. Il devient alors le sujet incontournable de toute discussion entre voisines. Il est question, entre autres, d’un mari qui se prend pour un chien, d’un qui a des visions divines, d’un autre qui demande  des faveurs contre la morale et dont la femme aimerait se débarrasser. De petites intrigues comme autant de bonnes idées. Malheureusement, pas assez bien développées. Et comme elles sont, en plus, peu vraisemblables, on a du mal à accrocher. On se surprend à espérer que telle ou telle saynète, qui démarre bien, s’envole mais on se retrouve plutôt au bord du crash. Dans une des scènes, un homme « con »  rencontre un médecin afin qu’il lui donne un traitement pour ne plus l’être. On s’attend désespérément à un fou rire mais il ne vient jamais. On reste encore sur sa faim.

Un jeu automatique peu convaincant


La mise en scène, toute simple et prévisible, frôle parfois l’automatisme : taper du poing sur la table pour asséner des propos (mais sans conviction), se lever avant de parler... Les comédiennes ne semblent pas très à l’aise. Leur jeu n’est pas assez instinctif. Elles fixent trop souvent le public au lieu de leur interlocutrice. Exceptée Mme Bourrache, la ménagère de cinquante-cinq ans qui porte toujours la blouse, elles ont du mal à imposer une réelle présence sur scène. Même Luc Boureux, le seul homme de la pièce, ne parvient pas à convaincre. Dommage, car si au départ tous les ingrédients de la recette étaient réunis, à la fin le soufflé est bel et bien retombé.

Juliette CELLO (Paris)

Les Voisines
Texte et mise en scène : Franck D’Ascanio
Interprétation : Mélanie Journeau – Florence Fournier
Chantal Delatour – Nathalie Geoffroy
Marie-Christine Herivan – Luc Boureux

Informations et réservations
Théâtre de Nesle, 8 rue de Nesle
75008 Paris - Métro Odéon
Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi, à 21h
Tarif : 20 euros
Tarif réduit : 15 euros
(étudiants – demandeurs d’emploi)
Réservations : 01 46 34 61 04
 
Photo © Hélène Leroit
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette CELLO - dans À Paris 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche