Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 00:50
UNE ENTRÉE DE CLONES

Le strip-tease est-il un art à part entière ? C’est un peu la question que s’est posée le trio Bachzetsis, Bleuler, Vanborm. Sa réponse ne correspond nullement aux stéréotypes attendus.


Sur scène, deux jeunes femmes. Elles sont belles, cela va de soi. Elles accueillent le public sans s’en occuper. Préoccupées qu’elles sont de boire de l’eau minceur, à s’empiffrer de chips caloriques et de s’échauffer les muscles. Elles se comportent, premier élément insolite, comme deux compétitrices de nage synchronisée. Chaque geste accompli par l’une est le miroir exact de ce que fait l’autre. Strictement.

act.JPG
Le regard subit la fascination de ces doubles actions très ordinaires qui, du coup, deviennent surprenantes. Il suit les gestes de deux robots programmés, clonés, mécaniques. Ceci n’est qu’un prélude. Il se situe dans le codifié, sorte de chorégraphie mémorisée et restituée de manière automatique.

Vient alors le déshabillage proprement dit. S’y retrouve la gestuelle coutumière à ce genre de prestation. Mais, évidemment, la mise en parallèle de chaque mouvement, de chaque geste, de chaque mimique transforme la démarche. Ce qui, selon la tradition, est sensé exciter les pulsions sexuelles, s’en trouve aussitôt désamorcé. Car le jeu habituel de la normalisation des attitudes des danseuses se décharge de toute connotation sexuelle en avouant qu’il n’est qu’un travail corporel, élaboré sur des rythmiques spécifiques.

Toute illusion devient impossible. Tout fantasme s’épuise dès l’abord. Dépassés les trucs racoleurs pour voyeurs en mal de sexe. Balayées les sensations libidineuses. La performance, impeccable, se place au seul niveau esthétique. Durant 30 minutes, le public voit des corps en action, soutenus par des musiques scandées, protégés par des projections un peu à la manière du Crazy Horse Saloon parisien. La beauté du spectacle n’amène cependant pas, en dépit des assertions du programme, à une réflexion très profonde au sujet du strip-tease et de ses pratiques.

Michel VOITURIER (Lille)

Act
Festival Scènes étrangères : à la Rose des Vents de Villeneuve d’Ascq les 4 et 5 décembre.

Chorégraphie : Alexandra Bachzetsis
Conception, distribution : Tina Bleuter, Lies Vanborm
Musique : Stev Slingeneyer, Stefaan Van Leuven
Costumes : Tatiana Vilkitskaia

Production : We Love Productions/Company (Ossenstraat 100 – B 9000 Gent)

Photo © DR

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

JD 15/12/2007 09:03

Il serait intéressant de comparer la démarche d'Alexandra Bachzetsis à celle des chorégraphes du récent Nightshade/Belladone. Dans les deux cas, me semble-t-il (je n'ai pas vu le présent spectacle), elle consiste en somme à énoncer une condamnation morale et esthétique. Au fond, c'est assez curieux - c'est un peu comme si le strip-tease était le côté obscur de la danse, dont celle-ci tient absolument à se démarquer.

Chronique Fraîche