Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 17:58
ET DITES-MOI DES CHOSES TENDRES…

Deux jeunes femmes en chemises de nuit qui chantent et récitent les textes de grands auteurs, leurs poèmes, leur correspondance amoureuse. C’est au Musée des Lettres et des Manuscrits et ça parle amour et poésie.


Sandrine Clarac et Amandine Thiriet sont deux jeunes femmes courageuses : elles portent à bout de bras, à bout de voix, des textes et des chansons qu’elles ont elles-mêmes choisis dans le répertoire de l’amour et mis en scène. Elles parviennent à accrocher le spectateur jusqu’au bout sans même qu’une histoire se construise, juste par la juxtaposition des performances et le jeu des différents rythmes. De l’inévitable et croustillante correspondance entre Georges Sand et Alfred de Musset aux Vieux amants de Jacques Brel, les voix sont justes, même si l’accordéon manque parfois un peu d’assurance : les chansons les plus réussies sont a capella, de très beaux et émouvants duos.

Lettres.jpg

Comme écrin à ses confidences et déclarations, le Musée des Lettres et des Manuscrits leur offre une petite salle en sous-sol, d’une vingtaine de places, avec un beau sol de marbre. Un secrétaire couvert de papiers et de quelques bougies ajoute à l’ambiance 19e siècle, dont sont issus quelques uns des textes choisis. Le spectacle, initialement créé pour le Printemps des Poètes 2007, s’inscrit dans la programmation du musée intitulé « Parlez-moi d’amour » et dont l’exposition se trouve à l’étage.

Le fait que les deux comédiennes ont assuré leur propre mise en scène se sent, hélas : Il leur a sans doute manqué l’œil critique et distancié qui leur aurait permis d’aller plus loin, plus fort. Ainsi, les deux comédiennes ont des costumes en négatifs l’une par rapport à l’autre, mais la différence des caractères n’est pas assumée jusqu’au bout : les deux personnages sont trop semblables, et au final, le contraste pas assez marqué, alors que l’une, Amandine Thiriet, semble incarner l’innocence et l’autre, Sandrine Clarac, la séduction et le glamour.
Dommage aussi que le décor ne soit pas plus travaillé : outre la table d’époque, les sièges sont de simples chaises pliables recouvertes d’un drap, ce qui amoindrit le cachet de l’ensemble. Au final, ces petits défauts ne gâchent cependant pas l’impression d’ensemble d’une belle fidélité aux textes que le spectateur savoure, découvre ou redécouvre avec grand plaisir. Plaisir d’amour, bien sûr….

Alexandra FRESSE (Paris)

Poèmes, lettres et chansons du 19e et 20e siècle (Aragon, Piaf, Verlaine, Prévert, Cendrars, Vian, Brel, Barbara….)

Par la compagnie Rime en scène
Mis en scène par et avec : Sandrine Clarac, Amandine Thiriet
Les dimanches 16 décembre 15h00, 13 janvier 15h00, jeudi 24 janvier 18h30, dimanches 3 février 15h00 et 10 février 15h00, jeudi 14 février 16h00, dimanche 17 février 15h00.
Au Musée des  Lettres et des Manuscrits, 8 rue de Nesles, 75006 Paris
Réservations : 01 40 51 02 25

Partager cet article

Repost 0
Published by Alexandra FRESSE - dans À Paris 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche