Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 17:35
ON N'ÉTEINT JAMAIS CERTAINS FEUX

C'est ce que s'est dit l'auteur libanais Wajdi Mouawad (1), inspiré à la fois par les grands mythes et tabous antiques et les rebondissements et surprises finales du théâtre français bourgeois, pour cette quête filiale sur base d'un bien étrange testament. Surprenant.

Le succès de la création d'"Incendies" en Belgique (mars 2007) par le Z.U.T. (couronné "Meilleur Spectacle" au Prix de la Critique 2007 dans la mise en scène de Georges Lini) a, semble-t-il, donné l'envie d'une autre création, par un autre metteur en scène, entouré d'une autre équipe, dans un autre lieu théâtral. La version qui nous en est donnée dans la Petite Salle du Théâtre National est quelque peu écourtée et dépouillée dans la scénographie de Michel Van Cauwelaert et le jeu dirigé par David Strosberg.



Quête ou enquête, opéra ou conte…  Voici "l'argument" (qui aurait pu inspirer un opéra) : une femme, une mère, Nawal, meurt après avoir passé ses dernières années murée dans un silence volontaire et énigmatique. Elle a chargé un exécuteur testamentaire, devenu ami, de communiquer ses dernières volontés à ses deux enfants, les jumeaux Jeanne et Simon. Afin de les respecter, ceux-ci seront contraints (puis convaincus) de commencer une recherche, pour elle d'un père, pour lui d'un frère, dont ils ignoraient l'existence, dans un pays lointain que les guerres ont ravagé comme elles ont déchiré les familles. Ce qu'ils vont découvrir dans leur enquête (plutôt que grande quête) sera bien davantage qu'une plongée dans le passé et leurs racines…

Au moment où démarre "Meeting Points", festival consacré à la scène artistique arabe actuelle (2), cette re-création s'inscrit dans les échanges "Tournée Générale/Toernee general" et le spectacle est surtitré en néerlandais. La distribution comporte du reste quelques comédiens de la scène flamande parmi les plus connus comme Guy Dermul, savoureux notaire incarnant fidélité et bon sens populaire, les autres comédiens, d'origines diverses, se partageant plusieurs rôles avec plus ou moins de crédibilité. Le metteur en scène a été séduit par ce qui est pour lui "une chose essentielle" : "on nous raconte une vraie histoire" relève-t-il, et il est vrai qu'il y a un "côté conteur" dans le propos.

Présent et passé alterneront dans la représentation de cette sorte d'épopée, avec une grande simplicité de moyens : pas de vidéos, décor inexistant, rien que la notation sèche des dates, des lieux, des scènes évoquées par des comédiens s'emparant d'un accessoire ou d'une pièce de vêtement pour changer de personnage (et de sexe, l'option du "récit conté" le permettant).

Une histoire racontée à plusieurs voix avec la sollicitation permanente de l'imagination du spectateur. Du reste, si la distanciation voulue ne favorise pas l'émotion mais plutôt la retenue, elle débouche en fin de compte sur une réflexion plus générale et sur les questions de fond vitales et… éternelles : "comment rester humain dans un contexte inhumain" ou "comment, aujourd'hui, parler de la guerre",  le questionnement même d'un auteur qui vivant au Québec depuis l'enfance n'a cependant pas oublié les souffrances de son pays natal.

Suzane VANINA (Bruxelles)

Crédits Photos : Véronique Vercheval

1* révélé par "Littoral" au Festival d'Avignon 1999
2* 5ème édition d'un festival multidisciplinaire et international, accueilli par 11 villes : Alexandrie, Amman, Beyrouth, Le Caire, Damas, Minia, Rabat, Ramalla, Tunis, Berlin…Bruxelles. Initié par le Fond Pour le Jeune Théâtre Arabe (YATF) il entend en montrer la diversité et l'ouverture en englobant dans une programmation très copieuse "notre" Teresa De Keersmaeker et le collectif théâtral tgSTAN.

Du 10 au 26.01.2008 au Théâtre National – Tél :+32(02)203.41.55 – info@theatrenational.be – www.theatrenational.be
 
Coproduction Théâtre National/KVS
Mise en scène : David Strosberg
Scénographie, lumière : Michiel Van Cauwelaert
Création sonore : Wim Lots
Costumes : Inge Buscher
Interprétation : Didier De Neck, Guy Dermul, Lotte Heijtenis, Catherine Mestoussis, Dominique Roodthooft, Gordon Wilson, Mourade Zeguendi
Traduction néerlandaise : Stien Michiels

Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche