Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

27 janvier 2008 7 27 /01 /janvier /2008 10:44
UNE IMPROBABLE RENCONTRE

En 1977, Scola filmait « Une Journée particulière » avec Sophia Loren et Marcello Mastroiani.  Une œuvre qui narre la rencontre de deux êtres opposés, tandis que se déroule à Rome une visite d’Hitler à Mussolini.

Elle est une ménagère ordinaire, mariée à un macho facho qui la méprise et la trompe, mère d’un gamin fasciné par son père. Lui est un présentateur célèbre de la radio publique qui s’est fait renvoyer à cause de ses déviances tant idéologiques que sociales. Comme ils habitent le même immeuble et que tout le monde est dans les rues pour fêter l’alliance germano-italienne, il était quasi inévitable qu’ils se croisent.

Une-journ--e-particuli--re.jpg
Peu à peu, ces deux écorchés de la vie vont s’approcher, s’apprivoiser, se confier. Les blessures de l’une et de l’autre se révèlent avec pudeur. Et quelquefois avec des éclats de voix qui explosent pour libérer la tension des non-dits enfouis depuis trop longtemps.
Le face à face devient exercice de séduction, moyen de décompression, élan vers un éphémère espace de liberté.

Conséquences de la tyrannie

Le texte est empreint d’une profonde humanité. Il explore en délicatesse une psychologie à fleur de peau. Il se penche sur la difficulté à assumer ses différences, à affronter le regard d’autrui et ses préjugés. Il dévoile aussi quelle pression un régime autoritaire fait peser sur l’épanouissement individuel des hommes, qu’il soit le fait de dictateurs politiques ou de sournois manipulateurs de médias comme c’est le cas aujourd’hui dans nos pays démocratiques voués au culte du profit d’une minorité de financiers.

Le théâtre a du mal à rivaliser avec le 7e art. Les gros plans de l’intimité sont ici impossibles et le climat s’en ressent. De plus, le jeu des comédiens demeure fort classique et semble souvent dépourvu de vraie conviction. Comment croire à la subversion de l’animateur s’il balance au micro ses textes antifascistes signés Pasolini sans avoir l’air d’y adhérer ? Comment sentir l’emphase rhétorique des discours favorables au pouvoir s’ils ne sont pas assenés avec force ?

La mise en scène de Michel Kacenelenbogen manque singulièrement de cohérence. En une époque, 1938, de domination radiophonique, pourquoi, par exemple, venir plaquer des images redondantes d’actualités anciennes sur un petit écran alors à peine expérimental ? Quant aux conventions spatiales, elles sont floues et ne permettent pas toujours de sentir le changement de lieux. Au détriment d’un message qui affiche clairement les possibilités devant lesquels le citoyen doit choisir : s’inféoder au pouvoir, s’essayer à l’esprit critique pour résister, se laisser embarquer par contrainte dans l’enfer des camps.

Michel VOITURIER (Bruxelles)

Maison de la Culture de Tournai le 22 janvier (069 25 30 80) ; Centre culturel d’Ottignies Louvain-la-Neuve les 24-25 janvier (010 42 13 02) ; Centre culturel de Rochefort le 26 janvier  (084 21 25 37); Le Gymnase à Tubize le 1 février  (02/ 355 98 95); Ferme de Martinrou à Fleurus du 12 au 15 février (071 81 63 32) ; à l’Espace Bernier de Waterloo le 16 février (02 354 47 66) ; Maison culturelle d’Ath le 17 février (068 26 99 89) ; au Centre culturel de Bertrix le 19 février (061 41 23 00); au Grand Théâtre de Verviers le 20 février (087 39 30 30) ; au Waux-Hall de Nivelles le 21 février (067 88 22 77); au Centre culturel d’Andenne, le 22 février (085 84 36 40)

Une journée particulière
Texte : adapté d’Ettore Scola
Mise en scène : Michel Kacenelenbogen et Elisabeth Lenoir
Distribution : Daniela Bisonti, Freddy Sicx, Olivier Massart
Scénographie : Lionel Lesire
Création musicale et conception sonore : Pascal Charpentier

Production : Théâtre Le Public

Photos © Cassandre Sturbois

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche