Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 11:09
DE LA PERMANENCE DU SEXISME À TRAVERS LES SIÈCLES

Le Cid de Corneille, mise en scène d’Alain Ollivier, est joué jusqu’au 15 novembre au théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis. Pièce politique et drame d’amour, elle ne manque pas, dans la présente représentation, de nous interpeller fortement sur la condition féminine, davantage que sur la politique ou la morale.

Il semble qu’à l’époque de Corneille, le roi était opposé au duel qui saignait la noblesse et voulait asseoir son autorité en réglant les conflits entre nobles. C’est ce que nous rappelle Alain Ollivier dans sa note d'intention de mise en scène. Cet aspect politique du Cid est toujours d’actualité. S’adresser aux autorités pour résoudre les conflits au lieu de se faire justice soi-même est tous les jours enseigné dans les établissements scolaires par exemple. Tout comme l’aspect moral résultant du dilemme opposant l’honneur et l’amour est éternel.

Une pièce qui nous parle aujourd’hui

Et pourtant cette représentation de la pièce, et malgré l’intention apparente du metteur en scène, évoque au spectateur contemporain que je suis, la question de la condition féminine bien plus que toute autre question. Non pas dans la dénonciation du sexisme mais bien dans son approbation. Elle est instructive de l’influence qu’un metteur en scène a dans la représentation d’une œuvre.

L’argument du Cid est connu de tous ou presque. L’amour de deux jeunes gens, Chimène et Rodrigue, est contrarié par la rivalité de leurs pères. L’affront de l’un est lavé dans le sang de l’autre, versé par le fils de l’offensé. La fille du mort demande justice au roi en réclamant la vie du vengeur, son amant. Dès lors l’intrigue consiste à réunir les deux amants, ou du moins permettre leur union, malgré l’obstacle du sang versé. Cependant le valeureux Rodrigue est pardonné par le roi, pour raison d’état, et c’est à nouveau à un duel qu’il faut que Chimène ait recours pour que son père soit vengé. Voilà qu’on fait chou blanc de l’espoir de voir le roi rendre justice.

Chimène et Rodrigue, héros de banlieue

Ce qui saute par contre aux yeux du spectateur, c’est le mépris avec lequel est traitée Chimène. Elle essuie l’incompréhension, le mépris, la risée. Femme elle est, femme elle doit rester. Vouloir venger son père et refuser Rodrigue, c’est faire du chichi. Sa douleur, son deuil, c’est de l’hypocrisie. Les mimiques, gestuelles, tons, abondent dans ce sens du sexisme. Chimène s’attire l’hostilité du public en persistant dans sa volonté de vengeance, conforme pourtant au bon choix, celui de l’honneur, comme l’avait fait aussi Rodrigue. On est agacé par sa persistance dans le sens de l’honneur. C’est qu’on lui dénie le même droit à l’honneur qu’un homme a. Elle n’est pas un homme. Des lycéens et lycéennes dans la salle applaudissent le roi qui l’envoie promener, la tournant en dérision. C’est que le sexisme est vivace dans les banlieues, et peut-être pas seulement dans les banlieues, en ce XXIe siècle.

Le metteur en scène, interprète des oeuvres

Pour autant, la représentation est belle. Tout s’accorde très bien pour un spectacle de qualité. Les comédiens sont tous excellents et pour la plupart justes. Les costumes d’époque sont très beaux et bien portés. Le sobre décor tout en bois, sans aucun ou presque élément décoratif, permet de se concentrer sur les paroles et les gestes des comédiens. Le texte est dit de belle façon, faisant entendre sa force et son rythme. Alain Ollivier a eu raison ici de se fier à la musicalité des oreilles de ses comédiens. Leurs mouvements, leurs déplacements et leurs gestes sont strictement limités au nécessaire. Rien de superflu, tout est précis, net, fluide. Et tout baigne dans une lumière discrète, presque dans la pénombre, parfois dans la presque obscurité au moment où la pièce bascule dans le tragique, ne brillant de tous ses feux que pour les scènes du roi. Ne serait-ce ce malaise qu’on éprouve à voir malmener de la sorte Chimène, raillée, essuyant les moqueries du roi, à qui l’on dit presque « arrête ton jeu » . Sans doute le sexisme si outrageusement révélé par toutes ces choses est présent dans la pièce, parce que ce sont les mœurs de l’époque, sans que l’auteur le veuille faire voir expressément. Il ne saute pas aux yeux du lecteur faisant une lecture au premier degré. Elles sont là par la volonté du metteur en scène qui en a fait apparemment une lecture au deuxième degré. Mis à part ça, j’aurais dit "une très belle représentation".

Lia B.

(Photo DR / Bellamy)

Publié en partenariat avec le Théâtre Gérard Philipe et l'accord des participants à l'atelier de critique théâtrale.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lia B. - dans À Paris 2007-08
commenter cet article

commentaires

es 16/04/2008 17:03

Je n'ai pas vu la mise en scène dont vous parler cette pièce me semble au contraire une éloge de la femme.... du moins dans la mise en scène que j'ai vu récemment à Bordeaux par Laurent Roggero.CI joint une note de spectacle que j'avais rédigée à l'époque.cordialement.Chimène et Rodrigue par leur habillement et leur accoutrement n’évoquent en rien des grands d’Espagne. Ce sont plutôt deux adolescents dans les affres de la découverte du monde des adultes. Le parallèle avec Roméo et Juliette devient alors naturel.
Par opposition, la représentation des adultes prend deux formes :  soit la rigidité sans faille des deux pères, représenté par de grandes marionnettes de plus de deux mètres : ils n’ont qu’une seule préoccupation, le respect de leur idéal d’honneur. Soit un personnage conciliant, un peu médiocre et en tout cas ridicule, incarné par le roi.
Si cette pièce nous parle encore, alors que les idéaux d’honneur et la mort pour un soufflet sont devenus inconcevables, c’est que chacun y voit l’image du conflit entre ses propres idéaux quel qu’ils soient.
Les pères ont choisi un idéal de vie, « l’honneur », et éliminé tout le reste et par là même tout conflit.
Le roi n’a pas d’idéal, il est pragmatique et louvoyant ce qui limite clairement son autorité. La victoire, l’amour, l’honneur tout est dans son discours et il tente de concilier tout cela.
Chimène et Rodrigue, les adolescents ne veulent pas choisir entre d’une part, leur idéal d’amour, d’autre part, un idéal d’honneur et de devoir qu’ils ont intégré (totalement ou partiellement ?), imposé par la figure tutélaire des pères. Ils  n’ont pas abdiqué pour l’un pour l’autre ou le consensus mou.
Une troisième voie est également exposée : l’absence de résolution qui aboutit à la folie : c’est l’infante. Elle était réellement folle dans la réalité et la mise en scène accentue fortement cette sensation.
Mais le vrai héros de cette pièce c’est Chimène !. Sur deux phrases, qui montre toute la force de la nature féminine auquel Corneille rend un hommage caché mais magnifique : Lors de la scène ou Rodrigue vient lui dire adieu car il veux mourir par elle et par amour pour elle dans son combat contre Don Sanche, elle baisse les armes et lui donne la force de se défendre. Courageuse et sublime faiblesse…. Abdication temporaire de son honneur pour arrêter cette folie. Incroyable courage.
Toute la pièce exalte en apparence l’honneur, le duel, la vengeance, mais le message caché de Corneille est que le vrai courage, c’est de rompre le cercle vicieux de l’emballement de la folie des hommes.

Chronique Fraîche