Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 22:20
UN THEATRE D OUATE

Portée par le magnétisme vibrant du théâtre de l’Epée de bois, la troupe interprète pour sa nouvelle création un texte majeur de la littérature espagnole : La Célestine, de Fernando de Rojas. La pièce se joue actuellement à Paris en Français et pour un second cycle bilingue à partir du mois de mars. 

Cette tragi-comédie qui tourne en dérision les conventions de l’amour courtois n’en demeure pas moins sombre. La farce révèle la passion, l’excessif de l’homme, le vice, et comment l’amour conduit parfois à la perdition. Calixte inextirpable des filets du désir allègue une entremetteuse : la Célestine. C’est à travers elle que se joueront toute l’intrigue, et autant de thématique que celle du désir érotique, de l’argent, de la promesse ou de l’honneur.

Retour à l’esthétique du tréteau

La ligne artistique de la troupe de l’Epée de bois est véritablement distinguable. Elle emprunte particulièrement au théâtre de tréteau. L’épuration du plateau et l’appauvrissement d’attributs scénique laisse une entière place à la performance des comédiens. Ces derniers sont tous de jeunes comédiens, et si la forme reste visible, la générosité de chacun témoigne de réelles sensibilités qui transportent. Chaque personnage renferme un clown, et la finesse du jeu crée un univers qui semble figé dans le temps. L’exploitation des accessoires, ou de l’espace, participe à la création d’un univers onirique. La réduction des signes visibles rend sa place au spectateur, et il participe au spectacle dans une rencontre de l’esprit et de l’imaginaire. Tel est ainsi la mission du théâtre de tréteau, ou même du théâtre en général : celle de l’union, du partage.   

Ce spectacle qui laisse transparaître une grande simplicité, ne nous ordonne pas quoi penser, et l’espace vide du plateau offre toute sa place à l’art à la création et surtout au rêve. Un spectacle entraînant, et agréable. A voir !

Laure DUBOIS (Paris)

La Célestine de F de Rojas
A partir du 24 janvier
Mise en scène Antonio Diaz
Interprétation : Troupe de l’Epée de bois
Scénographie, Lumière : Antonio Diaz
Lieu : Théâtre de l’Epée de bois, Cartoucherie, Route du Champ de manœuvre 75012 Paris
Métro ligne 1 : Château de Vincennes
puis Bus 112 arrêt Cartoucherie.
Tel 01 48 08 39 74
theatreepeedebois@yahoo.fr 


  

Partager cet article

Repost 0
Published by Laure DUBOIS - dans À Paris 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche