Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 23:37
ARROSEUR ARROSÉ, JUGE JUGÉ

Ainsi l'héroïque Henrich Von Kleist, l'auteur du "Prince de Hombourg", se serait intéressé au sort d'une cruche cassée ? D'autres dramaturges classiques réputés sérieux ont commis ce genre d'écart dans leur production tragique… qu'on se souvienne des "Plaideurs" de Racine. Et justement, ici, il s'agit également d'un procès, avec la particularité que c'est un juge que l'on va juger, un petit juge d'un petit village. Son crime, inavouable et inavoué : son incursion nocturne dans la chambre d'une pure jeune fille.


Surpris, s'ensuit une fuite, une chute et le bris d'une grande poterie en céramique, très précieuse aux yeux de la plaignante, mère de la pure jeune fille.  Alors que tout semble l'accuser, très tôt, et de plus en plus, avec certains "éléments probants", il faudra tous les efforts d'une instruction qui lui sera imposée, à lui-même, par un tenace inspecteur-contrôleur, pour que l'on arrive à le démasquer. La drôlerie réside dans le fait de le voir se démener comme un diable dans un bénitier, et déployer des trésors de mauvaise foi et d'explications foireuses pour se disculper, puis pour retarder la sentence qu'il sent venir...

La-Cruche-cass-e---Photo-Solange-Abaziou.jpg
L'humour très particulier de Von Kleist

C'est une estampe d'un maître de l'école flamande du 18e siècle, qui, en 1803, aurait inspiré à l'Allemand Von Kleist, cette histoire qui se passe dans une Hollande rurale et moyenâgeuse. La pièce, en forme de comédie, sera mise en scène par Goethe en 1808 mais leur collaboration s'arrêtera là… et Von Kleist reprendra sa vie chaotique  - après l'armée et l'université, théâtre, littérature, amours, lui feront vivre un nomadisme perpétuel - une vie qui s'achèvera du reste tragiquement (il se suicide à 34 ans). Ces éléments de biographie ne sont pas inintéressants et font comprendre l'espèce de hargne contre l'autorité et ses abus, les compromissions et la médiocrité qui ne cessera de le poursuivre et d'imprimer son oeuvre. Les personnages de "La Cruche Cassée" sont des grotesques "à l'allemande" et le projet franco-belge du metteur en scène, Frédéric Bélier-Garcia, est d'en faire une "farce foudroyante" et "une farce céleste".

Enorme et fabuleux Jan Hammenecker

Grotesque entre les grotesques est le Juge Adam auquel Jan Hammenecker apporte toute sa truculence. On est dès lors un peu surpris que ses partenaires ne ressemblent pas davantage aux villageois dont il est le despote : la plaignante, Dame Marthe Rull et sa cruche, objet du litige, dont elle fait longuement le panégyrique post-mortem à la façon d'une Marie-Antoinette qui s'encanaille, les jeunes fiancés, Ruprecht l'accusé-à-tort et la pucelle Eve, plutôt classe et délicate. Plus acceptable (et crédible) puisque parachuté d'"En Haut", il y a le Conseiller de Justice, aussi raide qu'elle, Francis Leplay, et le Greffier Licht, David Migeot, rendu assez barjot.

Tirent davantage leur épingle… d'un jeu qui se veut donc farcesque, une Dame Brigitte, Claire Bodson, allumée à souhait, tandis que dans le genre cruche, la, bonne-du-juge, Christelle Cornil, n'est  pas mal non plus. Ce n'est pas des éléments du décor, s'amusant des chocs d'époques - un juke-box joue des airs classiques, une fauteuil de style côtoie des chaises en plastique, un micro est employé… - que va venir la cohérence dans l'optique annoncée. Tout cela est mené au pas de charge et tambour battant mais repose surtout sur l'énergie communicative de l'interprète principal.
Suzane VANINA (Bruxelles)

Texte : "Zerbrochener Krug" traduit par Eloi Recoing d'après Arthur Adamov
Mise en scène : Frédéric Bélier-Garcia assisté de Caroline Gonce
Scénographie : Jacques Gabel
Costumes : Catherine Leterrier
Interprétation : Claire Bodson, Noëmie Dujardin, Emmanuel Guillaume, Jan Hammenecker, David Migeot, Laurence Roy, Christelle Cornil
Lumière : Franck Thévenon

Du 29.1 au 23.2.2008 au Théâtre Le Public - Tél : 0800.944.44 – www.theatrelepublic.be - accueil de la "Compagnie des Petites Heures"- cie.petites.heures@wanadoo.fr -  en coproduction/Théâtre de Namur/CDN Pays de la Loire, Angers/Comédie d'Amiens/Le Grand T/scLoire Atlantique – nombreuses dates de tournée en France

Crédits photos © Solange Abaziou

Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche