Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 00:18
COMME UN OPÉRA DE POCHE

Créé d'abord en néerlandais à Anvers et Bruxelles, puis en français à Strasbourg, voici le tout dernier spectacle de l'auteur-acteur flamand Josse de Pauw ainsi que de LOD, une structure de production de musique et théâtre qui, avec quatre musiciens de base et différents partenaires acteurs ou auteurs, entend produire des spectacles où voix parlées et chantées font corps avec leur musique dans une recherche d'osmose idéale.

Barrant toute la scène vide, une énorme banderole de papier, des ébauches de compositions musicales parviennent en sourdine des coulisses… Deux acteurs, revêtent leurs "costumes de scène", installent sono, matériel. Des musiciens arrivent, tous les cinq un à un… S'y joindra plus tard une chanteuse-danseuse. On assiste  à une construction progressive, sur un ton familier, yeux dans les yeux du spectateur. Le paradoxe de faire appel à l'art ancestral du conte comme base, et du conteur comme lien direct avec le spectateur pour un projet résolument novateur est un reflet de la tendance actuelle : arracher les étiquettes, mélanger les genres, équilibrer paroles, sons, rythmes, mouvements.

LIEFDEfile1199.jpg
Avec de l'amour plein les mains…

Il est venu, très simplement, sur le ton de celui qui vous présente un ami et relate son "parcours de vie", il est venu, ce grand acteur qu'est Josse De Pauw, nous apporter ce qu'il croit être le plus grand trésor au monde, une triste histoire d'amour extrême. "Liefde", le titre original, est traduit par "Ses Mains" et non par "Amour". Pourquoi ?

Comme on raconte une histoire banale alors qu'il s'agit d'une fable extra-ordinaire, un conte au climat nordique (1), noir et cruel, qui se construit peu à peu, "mot à mot, note après note", à partir d'un personnage qui serait un prince, nanti de trop grandes mains et d'une trop grande passion. Passion tragique de ce Prince, pas très Charmant, il faut le reconnaître, poursuivant de son amour fou, en y mettant les tout grands moyens, une, décidément inaccessible étoile ! Trop grandes pour lui, "ses mains" qui veulent aimer ne peuvent que détruire - il y a un peu du héros des "Souris et des Hommes" en lui -. "En la voyant, il avait compris ce qu'il devait faire de ces fameuses mains…/…Avec ses grandes mains il la rendrait heureuse. Il en était certain. Il fallait juste qu'elle y mette un peu du sien. Mais elle le ferait, à la longue. Il en était certain."

Dans ce conte, superbement magnifié par les accords parfaits entre toutes les voix : parlée du conteur, chantée du triste héros, et celle de l'objet de son désir, une femme-oiseau dont le ramage égale le plumage et… la gestuelle fascinante. Dialogue aussi entre les voix et les instruments de musique; brassage de langues : néerlandais, français, anglais. Un passage parmi les meilleurs de ce spectacle qui bouscule les genres et les styles musicaux (la guitare électrique côtoyant l'accordéon) est celui où danse de femme et instrument de musique fusionnent et suggèrent la passion de vivre libre de ce merveilleux objet de désir…

"Les chants désespérés sont les chants les plus beaux…" Je ne sais si "Ses Mains", atteindra l'immortalité, mais les sanglots qu'il contient résonneront encore longtemps comme "les cris prolongés de la douleur la plus poignante" ! Hé oui, ce spectacle, cette histoire simple qui parle aux émotions, peut nous faire rejoindre la bonne compagnie des poètes !

Suzane VANINA (Bruxelles)

1) on songe aux "Märchen", aux Frères Grimm, particulièrement au cruel "La Jeune Fille Sans
Mains"…
 

Texte, interprétation, mise en scène : Josse De Pauw
Traduction française : Monique Nagielkopf
Musique : Jan Kuijken
Interprétation, chant : Stefaan Degand -Idem + danse : Angélique Willkie
Musiciens :Jan Kuijken, Pierre Vervloessem, Peter Vandenberghe, Eric Thielemans, Joe Higham
Vidéo : Jan Van Bael
Lumière, technique : Robbie Boi
Son : Marc Combas, Johannes Bellinck, Pino Etz, Robrecht Ghesquiere, Bart De Baere, Jan Van den Brande
Costumes : Anne-Catherine Kunz

Production LOD Gent – www.LOD.be –  Du 24 au 26.2.2008 au TN - coproduction Beursschouwburg, Bruxelles/Le Maillon,Strasbourg/Théâtre National,Bruxelles.

Crédits Photos © Michel Hendryckx


Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche