Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

24 février 2008 7 24 /02 /février /2008 19:54
PROVOCATIONS À RÉPÉTITION

Un provocateur qui, à 80 ans, serait devenu sage ? Pour qui ne serait jamais entré dans l'univers d'Alejandro Jodorovwsky - par l'une ou l'autre porte : cinéma, BD, magie, lectures ou… théâtre - cela risque d'être un choc. Pour les fans ou intimes de "Jodo", nous sommes en pays de connaissance même si la forme risque d'être surprenante dans cette pièce pour acteurs et marionnettes.


C'est grâce à la création par la Cie Point Zéro de son "Opéra Panique"(1) que se fit la rencontre d'un auteur et d'une compagnie, et la promesse d'une pièce en création mondiale : "L'Ecole des Ventriloques". Ce Chilien d'origine judéo-slave, installé à Paris, passe pour être un provocateur. N'a-t-il pas eu pour complices Fernando Arrabal et Roland Topor aux beaux temps du "Théâtre Panique" ? Ses incursions cinématographiques ont laissé de mémorables souvenirs, fantastiques dans tous les sens du mot, et maintenant, si on le signale en compagnie des Meta-Barons et autres personnages de papier, on sait qu'il peut vous faire évoquer d'autres "personnes", encore plus immatérielles, si vous le "consultez" dans son "cabaret mystique", ou "psychomagique" parisien…

Une école de (double) vie, ou de mort


Le plateau du théâtre de la Balsamine accueille une bien curieuse école. On y pénètre en même temps qu'y choit, dans le jardin, un certain Céleste (?!) dont on ne saura pas grand' chose - délinquant en fuite ? simple quidam en errance ? - à qui sera imposé un enseignement très particulier sous la férule de profs autoritaires et du "Sacro-Saint-Directeur" (oui, c'est son nom à ce Big Brother à la Orwell, menaçant par image virtuelle). Sommes-nous encore dans ce qu'on appelle la "réalité"… dans celle, en tout cas, redéfinie par l'auteur Jodorowsky.

Le fond ésotérique est excellemment soutenu par la forme réalisto-baroque, par les formes devrait-on dire, et devrait-on parler de double distribution : les comédiens et les pantins (pour la plupart grandeur nature), les uns manipulant les autres et inversement ! Impressionnantes créations de Natacha Belova qui, avec (l'apprentissage d' une technique très exigeante par des comédiens devenus manipulateurs, sont de vrais personnages, saisissants de vérité. C'est que nous sommes loin du ventriloque traditionnel qui s'efface derrière une marionnette plutôt rigolote, généralement assise sur ses genoux ! Ici, c'est toute l'étrangeté de la situation duale (comme peut l'induire l'emploi de masques) qui est exploitée au maximum.

L--cole-des-ventriloques-2-copie-1.jpg
Grâce aussi à une scénographie inventive, cela devient de la peinture en mouvement, des corps à corps où l'on parle plutôt de doubles monstrueux qui s'extirpent de corps rendus à l'anonymat, en gardent des parties visibles (bras, pieds, mains…) et discutent face contre face, inflexions douces contre éructations grossières. Un homme-musique ne parait pas incongru dans une telle ambiance et y ajoute sa/ses note/s.

Comme dans toute quête Initiatique, le "héros" devra gravir sa "montagne magique"(2), se soumettre à des épreuves et savoir qu'il n'aura que trois chances de s'en sortir en faisant le bon choix de manipulation, ou l' "incarnation fantoche" adéquate… Répondra t-il à celui dicté par sa face sombre ou se voudra t-il "dans la peau" d'un saint, d'un héros, d'un génie ? Pour plutôt et de toute façon… rester enfermé et devenir esclave de ces pantins (ses bas instincts?).

Au-delà du point de départ, l'irruption dans cette école qui caricature une société autoritaire, concentrationnaire et liberticide, c'est une plongée dans les dédales de l'âme humaine, ses parts d'ombre, ses sentiments contradictoires et inavouables en même temps que ses idéaux et ses utopies qu'il nous faut faire. Dans un climat général cruellement drôle, bourré de symboles, métaphores et autres incitations à l'exploration intérieure - ou plus simplement au questionnement sur le métier d'acteur, son rapport avec son personnage - la réalisation due au metteur en scène et directeur de la compagnie, Jean-Michel d'Hoop, est parfaitement à la hauteur des ambitions de l'auteur.

Suzane VANINA (Bruxelles)

1) en 2004, accueil de la Cie au Théâtre des Martyrs, Bruxelles
2) Un de ses films les plus marquants, avec "El Topo" et "Santa Sangre" dont une séquence n'est pas  sans préfigurer l'idée du pantin, ou plutôt de l'être hybride, tenant de la chimère…

Texte : Alejandro Jodorowsky – Traduction : Brontis Jodorowsky
Mise en scène : Jean-Michel d'Hoop, assisté de Coralie Vanderlinden
Costumes et marionnettes : Natacha Belova assistée de Aurélie Vorremans, Sandrine Calmant, Emilie Plazolles, Françoise Van Thienen, Geneviève Periat, Isis Hauben
Coach marionnettes : Neville Tranter
Interventions vidéo : Michel Hébert
Scénographie : Aurélie Deloche, Natacha Belova, Michel Hébert, Jean-Michel d'Hoop
Composition et interprétation musicales : Pierre Jacqmin
Interprétation : Cyriel Briant, Sébastien Chollet, Pierre Jacqmain, Emmanuelle Mathieu, Fabrice Rodriguez, Anne Romain, Isabelle Wéry

Coproduction : Cie Point Zéro- Atelier Théâtre Jean Vilar/Théâtre de la Balsamine - Du 12 au 16.2.2008 et du 4.3 au 15.3.2008 au Théâtre de la Balsamine/Bruxelles - Tél : +32(0)2.735.64.68 – www.balsamine.be - Du 19 au 29.2.2008 au Théâtre Jean Vilar, Louvain-la-Neuve – info@atjv.be – www.ateliertheatrejeanvilar.be
Contacts Cie Point Zéro, Bruxelles : www.pointzero.be – compagniepointzero@yahoo.fr

Crédits photos © Elodie Juan


Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche