Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 22:39
UNE FARCE EN SES PIMENTS DE MOTS ET DE CORPS

La comédie de Gogol reste un inépuisable réservoir de mises en scène. Elle n’a rien perdu de sa vivacité, même si les magouilles qu’elle décrit en 1836 sont passées aujourd’hui du stade local au mondial, du bricolage individuel à la fraude internationale concertée.


Après la récente version de Christophe Rauck aux accents d’opérette, voici celle de Michel Dezoteux. Comme à son habitude, avec plus de rigueur que dans « l’Avare » où il s’était laissé aller à un baroquisme éclaté mais incohérent, le metteur en scène a pris le parti de la fantaisie débridée, qu’il traite cette fois à la façon d’une partition vocale et corporelle.

gogol-revizor-daniele_Pierre--1-.jpg
Chaque personnage exprime sa dégaine, sa gestuelle, ses tics au point que personne ne ressemble à personne, que chacun endosse une identité physique clownesque de pantin agité de l’intérieur par d’obsessionnelles pulsions nerveuses incontrôlables. Un véritable festival qui dépasse de loin l’étalage d’une panoplie de grimaces. Les voix empruntent un chemin identique. Le texte, plutôt prolixe, se voit traité comme une sorte de mélodie orchestrée selon les possibilités de chaque instrument de l’orchestre. Et que toutes les répliques ne soient pas toujours audibles dans leur totalité est négligeable.

L’important est l’énergie qui nourrit le spectacle sans discontinuer. Ça bouge, ça hurle, ça se démène comme dans les vaudevilles d’autrefois les plus échevelés. Les protagonistes cavalent. Les portes claquent à tous les étages. Les accessoires s’installent sans baisse de régime. Les entrées et les sorties s’entrecroisent au rythme d’une étape disputée contre la montre au Tour de France.

Des relations enchevêtrées

Le décor campe une architecture de médiocre grisaille au gigantisme administratif vaguement stalinien sur lequel contraste le polychrome des costumes et des maquillages. L’action, parfois soutenue par une musique jouée en direct, prend vite des allures de fourmilière dans laquelle vient d’être donné un majuscule coup de pied. Très vite apparaissent les alliances tissées entre les êtres, leurs retournements lâches, leurs opportunismes veules.

Du coup se dessinent des parallèles, des constitutions de duos qui misent sur des sortes de gémellités du genre Dupont et Dupond. Ainsi s’élaborent de successives confrontations entre maître et valet, mère et fille, partenaires sociaux ou intimes. Le tout devant la présence récurrente d’un vrai-faux aveugle, symbolisant à lui seul la situation désormais classique de ceux qui ferment volontairement les yeux sur les dysfonctionnements, l’aveuglement de ceux qui se convainquent qu’ils ont tous les droits à partir du moment où leur fut confié quelque pouvoir.

Michel VOITURIER (Bruxelles)

Texte : Nicolas Gogol (éd. Actes Sud, 1999)
Mise en scène : Michel Dezoteux , Glenn Kerfriden
Distribution : Rosario Amedeo, Karim Barras, Yoann Blanc, Eric Castex, Marcel Delval, Frédéric Dezoteux, Erwin Grünspan, Photios Kourgias, Yvain Juillard, Denis Laujol, Blaise Ludik, Emilie Maquest, Fanny Marcq, Denis Mpunga, Alexandre Trocki
Scénographie : Marco Vinals Bassols
Mouvements chorégraphiés : Nicole Mossoux, Lilian Bruinsma
Accessoires : Valérie Yourieffe
Costumes : Souad Kajjal
Lumière : Eric Vanden Dunghen
Maquillages : Jean-Pierre Finotto.

Production : manège.mons/Centre Dramatique, Théâtre Varia, Centre Dramatique de la Communauté
française Wallonie-Bruxelles, Théâtre de la Place - Centre Européen de création Théâtrale et chorégraphique


Création au Théâtre Le Manège Mons du 12 au 17 février 2008. (+32-(0)65/39.59.39)

Tournée : Théâtre Varia à Bruxelles du 21 février au 7 mars 2008 (+32-(0)2/640.82.58 ou www.varia.be) ; la Passerelle à Saint-Brieuc les 12 et 13 mars (+33 – (0)2.96.68.18.40 ou www.lapasserelle.info)

Photo © Danièle Pierre

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche