Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

28 janvier 2006 6 28 /01 /janvier /2006 16:42

ICI TOUT N’EST QUE MOTS, MUSIQUE ET « VOLOPTE»…

Un univers musical bien à eux, fait de cordes, de notes et de mots. Des chansons comme des histoires qui nous invitent à des instants fugitifs, drôles ou émouvants. Un concert magique pour tous les amoureux de la chanson française…

De leurs voix douces, claires et cependant voilées, les frangins semblent débarquer d’une drôle de planète… fils spirituels d’un Baudelaire qui aurait fauté avec un alter-mondialiste et un mélodiste tout à la fois, ils découpent des tranches de vie musicales tour à tour émouvantes, drôles et parfois même engagées. Avec une finesse du mot et une efficacité de l’air qui font mouche. Et la magie de cette alchimie opère dès les premières minutes de la représentation.



Sur scène, les deux voix se mêlent pour n’en plus former qu’une. Deux souffles pour une (presque) même voix, deux respirations pour un même souffle… Le tout ciselé parfois d’un relief étonnant, résultant d’un décalé de paroles qu’ils maîtrisent superbement. Et au fil des rimes qui s’emmêlent aux mots, ils nous entraînent dans des airs immédiatement familiers. Des airs simples, mais efficaces. Et beaux… D’autant plus beaux qu’ils nous sont ici servis dans un écrin de cordes : sans surprise, celles des guitares de Fredo et Olivier (les Volo…) mais aussi celle d’un violoncelle (Vérène Westphal), d’une contrebasse (Théo Girard) et d’une troisième guitare (Hugues Barbet). Sur des arrangements superbes de Christophe Alary. L’harmonie de l’ensemble est impressionnante.

Du droit a la différence à celui de la tristesse, des amours malheureuses aux bonheurs de la paternité, d’une douce ballade à un rythme funky, VOLO chante la poésie d’un quotidien qu’ils nuancent au grés de leurs humeurs. La truculence du « MEDEF », le charme de « ELISA », la nostalgie de « MONTREAL »… et le talent des frangins font de ce concert là un moment de bonheur musical incroyable. Alors certes, d’aucun pourraient reprocher au groupe ses choix de mise en scène… pour le moins minimalistes. Mais l’immobilisme des musiciens a l’avantage de faire la part belle aux textes et a l’émotion. La sobriété des jeux de lumière amplifie la proximité, voire la complicité, que VOLO crée avec son public. Et plus de mouvement serait sans doute préjudiciable à l’harmonie de l’ensemble…

Une scène, un univers, deux frangins…. La chanson française a trouvé ses nouveaux petits princes !

Karine PROST (envoyée spéciale à Tours)

« VOLO : bien zarbos » en concert
En concert à Joué les Tours les 24, 25 26 janvier

En tournée à Clichy le 27 janvier (Salle Henri Miller) – Montpellier le 1 fevrier (Rockstore) – à Clermont-Ferrand le 2 fevrier (La Baie des Singes) – à Paris les 13 et 14 fevrier (L’Européen) – le 21 fevrier à Garges Les Gonesses (Espace Lino Ventura)

Partager cet article

Repost 0
Published by Karine PROST - dans Chroniques 2005-06
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche