Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

30 janvier 2006 1 30 /01 /janvier /2006 15:39

LE THÉÂTRE DE LA MOUVANCE PRÉSENTE « JEUNESSE SANS DIEU », D’ÖDÖN VON HORVÁTH

Présentation de l’auteur :

Ödön von Horváth est né le 9 décembre 1901 à Susak (Fiume). Sa famille s’installe à Belgrade en 1902 puis à Budapest en 1908. Il fréquente l’internat épiscopal de Budapest. Il rejoint ses parents à Munich en 1913, s’installe à Presbourg (Bratislava) trois ans après et de nouveau à Budapest en 1918. Après sa terminale à Vienne en 1919, il s’installe à Munich et commence des études de lettres. Ses premières publications datent de 1922. Il séjourne plusieurs semaines à Paris en 1924 et, au retour, décide de s’installer à Berlin. La maison d’édition Ullstein lui offre un contrat qui lui permet de vivre de sa plume. En 1930, paraît son premier roman, L’Éternel Petit-bourgeois. En 1931, création de Nuit italienne et des Légendes de la forêt viennoise à Berlin. Il reçoit le prix Kleist. En 1932, Casimir et Caroline est créé à Berlin et Leipzig. Horváth quitte l’Allemagne en 1933 et se rend à Budapest afin de conserver sa nationalité hongroise. En 1934, il retourne à Berlin. Allers et retours est créé à Zurich. En 1935, il s’installe à Vienne. En 1937, Le Jugement dernier est créé à Ostrava en Moravie en langue allemande. Jeunesse sans dieu paraît chez l’éditeur des exilés Allert de Lange à Amsterdam et sera très vite traduit en huit langues.

Le dernier roman, Un fils de notre temps, paraît à Amsterdam en 1938. Après l’entrée des troupes allemandes en Autriche, Horváth quitte Vienne pour Budapest, puis Prague et Paris, en passant par la Yougoslavie, Trieste, Venise, Milan, Zurich et Amsterdam. Le 1er juin 1938 il est tué sur les Champs-Élysées par une branche d’arbre, pendant une tempête. Dans sa poche, on a retrouvé le quatrain suivant, écrit sur une boîte de cigarettes vide :

Le faux devra périr
À présent il est au pouvoir
Le vrai doit advenir
À présent il est au mouroir.

Auteur engagé, il écrit aussi : « Je n’ai pas de pays natal et bien entendu je n’en souffre aucunement. Je me réjouis au contraire de ce manque d’enracinement, car il me libère de tout sentimentalisme inutile… »

« Le concept de patrie, falsifié par le nationalisme, m’est étranger. Ma patrie, c’est le peuple. »

Et il ajoutera : « Notre pays, c’est l’esprit. »

Sur ce roman, Jeunesse sans Dieu, il enverra ce texte à un ami : « Je viens de relire ce livre, et je dois l’avouer, il me plaît. Sans en avoir l’intention, j’ai décrit pour la première fois le fasciste rongé par les doutes, mieux encore, l’homme dans l’État fasciste. »



Autour de la pièce :

Écrit dans l’urgence, nous avons voulu redonner ce caractère, en plongeant le personnage dans l’obligation de raconter son histoire. Lorsque le comédien entre en scène, il est poursuivi et se réfugie dans une maison laissée à l’abandon. Il écoute les bruits du dehors, et veut délivrer sa mémoire avant qu’on ne le retrouve.

Le décor, volontairement dépouillé, est constitué d’objets (cahiers, coffre, draps) qui se transformeront au cours du récit pour devenir des éléments de l’histoire. La bande-son est aussi très importante, puisqu’elle rappelle au protagoniste, l’arrivée imminente de ceux qui veulent le déporter.

Nous avons insisté sur les doutes de ce personnage qui est broyé par un système. Il a lui aussi sa part de lâcheté, et nous n’avons pas voulu le dédouaner de sa propre responsabilité dans les évènements qui ont lieu.

Nous avons terminé la pièce sur un texte de Benjamin Fondane, Préface en prose, car il nous semblait important de faire entendre la voix d’un homme dépossédé de tout, nié dans son identité.

Recueilli par

Vincent CAMBIER


Jeunesse sans Dieu, suivi de Préface en prose

Mise en scène : Yves Sauton
Avec : Erwan Alec
Création lumière : Gilles Duhaut
Création de la bande-son : Didier Fleury, Pascal Géhan
Régie son et lumière : Gilles Duhaut, Christine Eckenschwiller
Représentations scolaires du 6 février au 10 février 2006
Représentations tout public le dimanche 5 février 2006 à 16 h 30 et les vendredi 10 et samedi 11 février 2006 à 20 h 30
Ateliers d’Amphoux 10-12, rue d’Amphoux • Avignon
Pour les horaires, et les réservations, contacter le 04 90 86 17 12

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Cambier - dans Actualités & coulisses
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche