Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 08:46
Samedi 8 mars 2008, journée de la femme

UN REGARD SUR LE MONDE

Pour sa cinquième édition, le « Festival au féminin » a choisi d’aborder pendant une semaine, du 1er au 8 mars, la problématique du regard porté sur l’autre et sur soi-même. C’est à travers différentes expressions artistiques que « Graines de Soleil », l’association fondatrice de cet événement culturel, a voulu  traiter de ce sujet complexe et délicat. Expositions, concerts, théâtre, lectures, danses, cinéma et cirque viennent délivrer, avec force et émotion, un message de tolérance et une prise de conscience nécessaire pour regarder en face des réalités universelles encore trop ignorées.


Fondée en 1998 dans le quartier métissé de la Goutte d’or à Paris par Khalid Tamer, metteur en scène marocain, l’association « Graines de Soleil » était au départ destinée à être une compagnie de théâtre. Puis, à la suite d’un voyage que Khalid a fait au Mali où il a rencontré un jeune vivier d’artistes engagées, il a décidé d’ouvrir sa compagnie à de plus larges manifestations artistiques. Des artistes de tout horizon ont été invités à la Goutte d’or, des ateliers consacrés à l’alphabétisation des femmes ont vu le jour et des groupes associatifs de femmes et de migrants sont venus se joindre à ces nouvelles activités. C’est par cette émergence d’ateliers consacrés à la parole des femmes qu’est née l’idée du Festival au Féminin.

festival-faux-ciels.jpg
Lié à des thématiques inscrites dans des faits d’actualité, ce festival unique en son genre vise, comme l’explique Emilie Lacrampette, administratrice de « Graines de Soleil » et du « Festival au féminin », à donner plus de visibilité aux femmes qui n’ont pas l’occasion d’être écouté. Les femmes d’Afrique et les femmes de la Méditerranée sont très représentées parce que ce sont des êtres qui, plus que les autres, subissent quotidiennement de profondes injustices. « Graines de Soleil » leur permet de s’exprimer librement en échangeant avec des artistes venus les interroger, les photographier et les mettre en scène.

Parrainé cette année par Koffi Kwahulé, artiste engagé dans l’intégration des femmes immigrées et Anne Hidalgo, adjointe au mairie de Paris et féministe convaincue, le festival a souhaité parler du corps de la femme. Mutilé, violé, méprisé et désiré, ce corps est l’objet de multiples réflexions. Notamment sur la prostitution. Plus vieux métier du monde, ce phénomène, qui touche des femmes du monde entier, s’étend aujourd’hui aux jeunes étudiantes qui croient trouver, dans ces arrangements qu’elles choisissent de faire, un moyen pour subvenir à leurs besoins financiers.

festival-lespri-ko.jpg
Ces prostitués occasionnelles s’embarquent dans un cercle vicieux dénoncé lors d’une pièce représentée au festival. Deux jeunes filles vont, chacune à leur manière, se prostituer pour vivre une vie plus confortable quitte à se retrouver physiquement salies et mentalement détruites. Cette vision réaliste et pessimiste de la prostitution moderne est un des temps forts de ce festival coup de poing, qui ose dire les choses sans langue de bois. Dans un même registre, certaines lectures saisissantes de femmes violées, battues ou soumises éveilleront avec émotion la conscience du public.

La gravité de ces thèmes est toutefois allégée par des événements chaleureux, conviviaux et divertissants. Durant cette semaine, le public peut découvrir les chanteuses déjantées des Sea Girl qui viennent mettre le feu au Lavoir Moderne Parisien, la talentueuse chorégraphe Karine Saporta qui offre un spectacle de danse énergique et captivant ou encore la ravissante chanteuse Fatima Kouyaté. Ce florilège d’artistes engagées rythme de leur talent et de leur dynamisme un festival qui tour à tour bouleverse, choque, enchante et cultive.

Lucidité et optimisme caractérisent ce « Festival au féminin » qui ouvre les yeux sur la situation des femmes, tout en montrant qu’elle peut s’améliorer avec le temps. « Les choses bougent dans les pays. Il y a des associations sur place qui sensibilisent et aident les femmes. La condition des femmes évolue vers un mieux, il suffit de rester en alerte et de ne surtout pas abandonner le combat pour assister, dans quelques années, à un vrai changement », conclue pleine d’espoir Emilie Lacrampette.

Cécile STROUK (Paris)

Festival au féminin (Paris)
5e édition
Crée par la Compagnie Graines de Soleil en partenariat avec l’Olympic Café, le Lavoir Moderne Parisien, l’Institut des Culturels Musulmanes et la Manufacture des Abbesses
Dans le Quartier de la Goutte d’Or, du 1er au 8 mars 2008
Pour plus de renseignements : www.grainesdesoleil.com
Contact mail : grainesdesoleil@hotmail.com
Téléphone : 01 46 06 08 05


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cécile STROUK - dans À Paris 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche