Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 21:47

RENCONTRE AUX CEVENNES

Après les sketches chez Laurent Ruquier et ses spectacles en solo qui ont fait trembler de rire les Français, Florence Foresti se retrouve aujourd’hui sur les planches pour une pièce insolite et décalée. Ecrite par Philippe Elno, un comédien à l’humilité aussi imposante que son talent, « L’abribus » fait passer un moment entre rire et tendresse.'Abribus


A la suite d’une nuit bien arrosée et du disfonctionnement de son GPS, Isabelle, star du show business parisien, se retrouve perdue dans un endroit paumé de la France. Des antennes sur la tête et de la marche plein les pieds, elle atterrit finalement dans un petit coin champêtre : un banc, des rochers, un ciel un peu gris et des arbres. Sur cet espace de nature où rien ne se passe, elle fait la connaissance d’Eric, un apiculteur qui dort tranquillement sur le banc.

labribus.jpeg


Cette rencontre fortuite, rythmée par une évidente complicité sur scène, signe le début d’un grand voyage dans le rire, qui fait la part belle aux situations cocasses. Philippe Elno, comédien et auteur, livre là une pièce à l’humour doux-amer sur le choc de deux mondes opposés : une femme angoissée, toujours dans le mouvement, qui ne peut se passer de ses attributs technologiques et un homme, paisible, solitaire et décontracté.

Parisienne versus provinciale

Dans cette confrontation entre Paris et la Province, Florence Foresti, comédienne au fort potentiel comique, incarne à merveille la Parisienne sans cesse dans l’urgence qui fait peu cas des provinciaux. Par des mimiques qui nous rappellent Louis de Funès et des intonations de voix à la Muriel Robin, elle marque son mépris, son indifférence, son agacement et sa supériorité face à l’apiculteur qui ne s’intéresse qu’aux mésanges et aux éclipses. Remarquable de spontanéité et d’autodérision, Florence Foresti arrive très justement à rendre son personnage à la fois égocentrique, ridicule et attachant.


Face à une Florence Foresti pleine d’énergie, il y a cet homme au costume semblable à celui d’un cosmonaute, qui redonnera à Isabelle un bout de son humanité perdue. Miroir critique de cette star féminine et de la frénésie superficielle de Paris, il lui permet de changer son regard sur sa propre vie. Dans ce rôle taillé sur mesure, Philippe Elno renvoie une image grotesque des manières, des gestes et des paroles exagérément hypocondriaques ou narcissiques de cette scénariste en panne d’inspiration. A travers une interprétation fine et drôle, le comédien apparaît très à l’aise sur scène, doté d’un sourire permanent pour suggérer la distance amusée qu’il prend par rapport à cette femme qui gigote inutilement. Sa sympathie et sa simplicité seront ses armes pour amadouer la Parisienne effarouchée. Au final, l’extrême différence de caractère entre les deux personnages s’amoindrira et leur excentricité les rapprochera.


Dans une mise en scène inspirée et efficace de Philippe Sohier, leur rencontre gagne en intensité par le jeu des lumières tour à tour lumineux, tamisé ou sombre et en drôlerie par les déplacements scéniques des personnages et la mise en situation burlesque des scènes.

Florence Foresti et Philippe Elno forme un duo très efficace sur scène, apportant aux textes de « L’abribus » une épaisseur comique qui fait mouche à chaque instant. Un vrai plaisir.

Cécile STROUK (Paris)

L’abribus
Auteur : Philippe Elno
Metteur en scène : Philippe Sohier
Interprétation : Florence Foresti, Philippe Elno

Au théâtre de la Gaîté Montparnasse, du 17 janvier au 13 mai, le mardi, mercredi, jeudi, vendredi et samedi à 21h et le dimanche à 16h30
Location : 01 43 22 16 18


Photo © Pascalito







Partager cet article

Repost 0
Published by Cécile STROUK - dans À Paris 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche