Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 23:23
CARTE POSTALE HUMORISTIQUE

Il passa tel un météore au Festival d'Avignon 2006. N'allons pourtant pas, encore, parler "d'ovni" (à ce compte-là, tellement le mot devient tendance, la Terre regorgerait d'E.T.) mais d'une forme très particulière de spectacle pour laquelle il faut revenir à la Compagnie Rimini Protokoll, avec un mot d'explication.


Comme le nom ne l'indique pas, il s'agit d'une démarche venue d'Allemagne et qui s'apparente par certains côtés à l'intention, présente dans beaucoup de projets culturels belges notamment, de partir du vécu des gens, de leur terrain, et de mêler amateurs et professionnels. Elle permet de comprendre le sens véritable de ce "spectacle" pris au  sens très large.

mnemopark010_q.jpg
En 2000, à partir du trio Helgard Haug, Stefan Kaegi, Daniel Wetzel, formé à la "Angewandte Theaterwissenschaft" de Giessen, le groupe qui s'est formé prendra son nom en 2002. Partant d'une situation, d'un endroit, d'une collectivité, et avec les protagonistes, " les experts de la réalité", tous élaborent un projet qui les mettra eux-mêmes en scène, le plus souvent dans des espaces publics non prévus pour le théâtre. Ensuite le spectacle se bornera à sa sphère d'origine ou "tournera" en s'adaptant à chaque lieu visité. Un seul exemple, vécu à Bruxelles, parlant de Bruxelles et d'un problème propre à Bruxelles : "Sabenation. Go home & follow news" (1) a ensuite circulé dans les grandes villes d'Allemagne, jusqu'à Parme et Vilnius. Il y avait été question de déclin et de reconstruction, deux ans après la célèbre faillite, avec une ancienne hôtesse de l'air, un pilote, un agent de sécurité…

De passage en Belgique, "Mnémopark", projet conçu et mis en scène par le Suisse Stefan Kaegi, suscitait beaucoup de curiosité, précédé par une réputation flatteuse (presse élogieuse à Avignon, Prix du Festival 2005 "Politik in Freien Theater"…). Osera-t-on dire que l'on est un peu déçus ?

Voyage, voyageS, en direct, filmés ou même "spatio-temporels"

Le vécu est ici effectivement et essentiellement ludique puisqu'il s'agit d'un club de retraités passionnés de trains miniatures qui "se donnent en spectacle", avec un bruiteur inventif, le côté plus professionnel étant assuré par une sorte de guide ou de prof (aux explications pas toujours intelligibles) qui ne s'écarte pas non plus de son vécu pour parler d'une Suisse assez inattendue. Les séquences filmées nous montrent que les paysages, les montagnes sont bien là, les trains aussi et surtout, sauf que de temps à autre des têtes géantes y apparaissent… Ce ne sont pas les vaches qui regardent passer ces trains mais les modélistes qui ont collectionné ces "jouets", et ont construit un grand paysage, modèle réduit d'une partie de la Suisse.

"Mondialisation à travers la modélisation", l'idée est excellente et l'on prend effectivement conscience de certaines réalités cachées d'une Suisse bucolique, mais gourmande de subsides agricoles. On apprend que sans subvention (énorme), plus d'agriculture, et sans agriculture, plus de beaux paysages alpestres. On découvre aussi, ce qui est bien plus amusant, que Bollywood apprécie ces fameux paysages et que s'y tournent des films avec figurants locaux agitant force soieries indiennes sur un fond romantique idéal…

Avec le projet "Mnémopark", intéressant à la base, on se trouve entre théâtralisation et reportage filmé, entre documentation économique en chiffres éloquents et témoignages de vie drolatiques, entre engagement politique et naïvetés personnelles. La surprise du début passée (et on a tout le loisir "rideau levé" de détailler le dispositif scénique compliqué), l'attention exigée pour comprendre les explications en français ou pour suivre le surtitrage des séquences en allemand, la systémisation des procédés scéniques employés… finit par gommer l'ironie des intentions et par provoquer une certaine lassitude : mêmes paysages, mêmes petits jeux prévisibles aboutissant aux mêmes séquences de "blue box" pour des "retours vers le passé". Car c'est aussi, malgré ses côtés virtuels modernes, un rappel concret de l'enfance pour ces seniors toujours actifs et l'on se trouve davantage touchés par les personnes, pour ce qu'elles sont elles-mêmes, que réellement émus par le spectacle. Du reste, c'est bien en analystes que l'on se retrouvera avec l'anthropologue et psychanalyste Francis Martens, en fin de soirée…à moins que l'on ne se soit pris au jeu de la maquette en poursuivant "in situ decorum" la déambulation qui était offerte aux spectateurs, comblant les adeptes de modélisme.

Suzane VANINA (Bruxelles)

1) dans le "Kunsten Festival des Arts" de 2004

Texte : collectif Rimini Protokoll
Conception et mise en en scène : Stefan Kaegi, assisté de Anna K.Becker
Dramaturgie : Andrea Schwieter
Vidéo : Jeanne Rüfenacht, Marc Jungreithmeier
Interprétation : Rahel Hubacher, Max Kurrus, Hermann Löhle, Heidy Louise Ludewig, René Mühlethaler, Niki Neeck
Musique et son : Niki Neeck
Lumière : Minna Heikkilä

Tournée. En Belgique : les 28-29.2.2008 aux Halles de Schaerbeek – Tél : +32(0)2.218.21.07 – www.halles.be

Crédits photos © Sebastian Hoppe

Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche