Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 22:43
BAS LES MASQUES

Le travail d’Omar Porras et de ses comédiens sur le texte de Bertolt Brecht, Maître Puntila et son valet Matti relève du petit chef-d’oeuvre ! En écho à la volonté brechtienne de créer un art nouveau de représentation théâtrale, loin du genre fruste et méprisé de l’habituelle pièce populaire, Omar Porras sert le texte du dramaturge avec une ingéniosité sans précédent.


Entre clins d’oeil à la commedia dell’arte et thèmes chers à la comédie de moeurs, Brecht met au coeur de sa pièce la relation de Puntila, riche propriétaire terrien, et de son valet Matti. L’ivresse quasi constante que l’auteur adjoint au premier marque l’originalité de la situation et lui permet de mettre en valeur les contradictions du personnage et d’en révéler les travers. Car, de conciliant et généreux lorsqu’il a bu, il devient colérique et intransigeant dès qu’il est à jeun. C’est ainsi par exemple qu’il s’engage dans de quadruple fiançailles ou qu’il rejette soudainement le fiancé de sa fille pour la marier à son propre serviteur. Et ce n’est autre que ce dernier qui fait avant tout le monde les frais de ses retours à la sobriété. Mais au contraire du célèbre Arlequin bête et paresseux, Matti fait preuve d’assez de finesse et de bon sens pour se préserver des changements d’humeur de son maître.

MaitrePuntilla.jpg
Quand Brecht est aux commandes, maître et valet rétablissent l’antagonisme des classes sous un angle nouveau. Entre un Puntila versatile et instable et un Matti avisé et réfléchi, le duo s’équilibre, laissant même pointer la supériorité du second. Le dramaturge assigne comme à son habitude une fonction sociale à la représentation théâtrale et fait de Matti le porte-parole d’un peuple en révolte contre la dictature capitaliste.

Un travail de maître

Lors de la création de Maître Puntila et son valet Matti à Zurich, l’auteur notait : “chaque coup d’oeil sur le plateau doit, du point de vue du sens, de la distribution de l’espace et de la couleur, pouvoir saisir une image méritant d’être regardée.” Omars Porras a parfaitement su éclairer ce propos et faire vivre cette “comédie politique”. Maniant astucieusement les procédés du théâtre épique de Brecht, il fait preuve d’une incroyable fantaisie scénique et s'octroie quelques libertés textuelles qui rendent l’oeuvre pétillante. Voilage léger avec changements de décor à vue, intermèdes musicaux, adresse aux spectateurs, acteurs se mêlant au public et humour libérateur sont quelques-unes des composantes de la représentation.

Plus généralement, du texte au jeu des comédiens, des maquillages aux procédés scéniques, tout concourt à produire un effet d’étrangeté qui empêche l’identification du spectateur et l’invite à la réflexion. Pour rompre avec le réalisme, le metteur en scène choisit de masquer partiellement ses personnages et de les affubler de perruques et autres cotillons insolites. Ces accoutrements originaux sont le fruit d’un travail millimétré où chaque détail a son importance. Le résultat est surprenant et donne à chaque personnage un caractère à la fois mystérieux et signifiant. Loin d’être un handicap pour les comédiens, ces jeux de physionomie s’accordent sans fausse note à leurs pantomime et discours. Tous rivalisent de talent selon une variété discursive et corporelle, un jeu rythmé, délié et dansant.

Omar Porras et sa troupe nous livrent un grand moment de théâtre, exaltant l’humour brechtien, dans une ambiance vive et colorée, dans un mouvement scénique euphorisant.

Anne CARRON (Lyon)

Maître Puntila et son valet Matti de Bertolt Brecht
Mise en scène d’Omar Porras (assisté de Bérangère Gros)
Traduction : Michel Cadot
Dramaturgie : Marco Sabbatini
Avec Delphine Bibet, Jean-Luc Couchard, Camille Figuéréo, Louis Fortier, Stéphanie Gagneux, Francisco Cabello, Fabiana Medina, Juliette Plumecocq-Mech et Emiliano Suarez
Décors : Jean-Marc Stehlé (assisté de Audrey Vuong)
Musique : José Luis Asaresi et Omar Porras
Masques : Bernardo Rey
Maquillage et Postiche : Cécile Kretschmar
Production : Teatro Malandro
Du 4 au 13 mars 2008 au Théâtre de la Croix-Rousse, Place Joannès Ambre 69317 Lyon Cedex 04
Billetterie : 04 72 07 49 49 / www.croix-rousse.com
Représentations supplémentaires à la Maison de la Danse du 14 au 18 mai 2008.

Photo © Marc Vanappelghem

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne CARRON - dans En Région 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche