Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 19:26

UNE HISTOIRE A EN PERDRE LE FIL

 

Le théâtre Jean Villar a récemment reçu, dans le cadre de spectacles jeunes publics, l’incroyable cirque du Farfalle. Ce Monsieur  Farfalle, il est vrai, est un incroyable personnage qui a beaucoup intrigué petits et grands.

 

Il n’est pas aisé tout d’abord de démasquer ce Farfalle qui rêve éveillé de devenir Bouglione. Une personnalité à la mine patibulaire, patron du Cirque Farfalle dont les artistes sont tous des bras cassés. De facto, l’homme ira de déboires en déconvenues. Et dans sa tête, les cauchemars supplantent rapidement les rêves de succès si bien que s’il fallait tirer une leçon de cette histoire, voilà un exemple qui ne serait pas bon à suivre. Le travail de la « Compagnie Bruitquicourt » relate et rejoint avec une cruauté bien agréable aux yeux et oreilles des enfants ce qu’à pu être la vie d’un cirque méconnu. Une vie pas si éloignée de nous. La mise en scène choisit par le talentueux Luc Miglietta est celle d’un spectacle clownesque enraciné dans le burlesque. Bien que la pièce ait été jouée au théâtre Jean Vilar cette saison, l’atmosphère propre au cirque se retrouve ici portée sans peine par un décor étonnamment vrai bien qu’insolite, une myriade de téléphones sonne parfois jusqu’à en perdre le fil ! Et tout au long du récit de l’histoire de ce pauvre Farfalle, misères et désillusions ne sont que farces et attrapes. Les jeux de scène décalés ont ravi plus d’un regard et cela tous âges confondus. Instants cocasses, drôleries clownesques, grotesques de situations, habitent l’ensemble des numéros. Et la question de savoir si la plus grande revue de cirque de tous les temps finira sa course dans la lumière s’impose rapidement au spectateur. Si à ce propos des zones d’ombres sont bien perceptibles, elles sont jetées dans le public avec une belle arrogance. Car de perdre le fil à perdre la tête, il y a ici moins d’un pas et de toute évidence notre méchant Farfalle récolte toujours la monnaie de sa pièce.



 

 

 

Une folle magie

Mais ne nous y trompons pas, la finalité de cette création n’est pas de réaliser un spectacle de cirque. Ces derniers, petits ou grands, le font si bien ! Elle dénonce davantage les méandres d’une imagination mal nourrie. Se faisant, elle met en exergue les délires de l’ignorance au service d’une volonté de pouvoir que tout oriente vers la chimère et la fausse représentation. Mais c’est au creux d’une poésie douce amère que le message est ici délivré. Toutefois, la plus éloquente de toutes les leçons à en tirer est sans doute celle qui fera de ce spectacle l’un des plus savoureux souvenirs d’enfance de nos chérubins. Quant aux adultes, ils ne sont pas prêt d’oublier une si jolie prestation.

  

Christelle ZAMORA (Montpellier)


L'incroyable cirque du Farfalle
Co-écriture : Christophe Pujol, Luc Maglietta

Création lumière : Caroline Esné

Intervention plastique : Bertrand Lecointre

Avec Bastien Authié, Luc Maglietta, Estelle Sabatier, Emmanuel Valeur

Production : Compagnie Bruiquicourt et Théâtre Jean Vilar

 

Du 4 mars au 7 mars 08 au théâtre Jean Vilar

Partager cet article

Repost 0
Published by Christelle ZAMORA - dans En Région 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche