Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 15:46
UN PEU DE TENDRESSE DANS CE MONDE DE BRUTES

Ecrit par le scénariste des deux derniers films d’André Téchiné, ce spectacle bourré d’humour d’où jaillissent des torrents de tendresse mérite une attention toute particulière. L’écriture est précise et servie par un jeune comédien qui assurément a de l’avenir.

Il s’appelle Poirot. Mi-détective, mi-légume donc. Un imperméable gris sur le dos, une valise à la main, il déboule dans la salle et se prend une gamelle monumentale. « Oh un théâtre ! », s’extasie-t-il. Occasion rêvée de venir nous parler. De lui, de son expérience. Il vient de se faire licencier du « Rayon de soleil », maison de retraite où il animait les mornes après-midi de Zozo la brindille, du vieux Jacquot, de Cactus et de tous ces pauvres hères que la vie a déjà oubliés.


Ce spectacle est l’histoire d’une belle rencontre. David Poirot raconte à François Delaive, metteur en scène, son expérience dans une maison de retraite où il était un animateur un peu gênant. Forcément, il est des sujets qui fâchent et les conditions de (sur)vie dans ces lieux qu’on nomme communément des « mouroirs » sont de ceux-là. Il pose trop de questions, l’animateur. La réponse sera un licenciement. Delaive fait appel à Laurent Guyot, scénariste des deux derniers films de Téchiné (« Les temps qui changent » et « Les témoins », deux perles) pour mettre cette histoire en forme. Il en sort un texte fort, véritable état des lieux de ces maisons de retraite. Avec l’humour pour dédramatiser cette tragédie humaine. Mais sous cette drôlerie se glissent des moments d’émotion pure, de tendresse infinie.

Un texte sublime

Si le texte possède tous ces atouts, force est d’attribuer aussi un grand mérite au comédien. Un sourire quasi permanent aux lèvres, un physique d’une débonnaire placidité, il joue sa partition sans la moindre anicroche et fait passer en douceur certaines pilules pourtant dures à avaler. Difficile en effet de ne pas se projeter dans un avenir plus ou moins proche en se demandant si nous ne serons pas un jour un de ces petits vieux qui « jouent à la Playmobil pour ne pas perdre la boule », un futur Cactus qu’il faudra arroser de temps en temps (comprenez : à maintenir sous perf), un de ces grabataires qu’on « ne prend plus en photo parce que les escarres c’est pas très glamour » ou un délocalisé dans un autre pays parce que le personnel y est moins cher et qu’importent les barrières linguistiques « puisqu’à cet âge-là on ne comprend plus rien ».

En ratissant très large sur ce problème social qui, avec le vieillissement de la population, va aller crescendo, Laurent Guyot ne laisse aucune échappatoire possible. Certes, on rit. Beaucoup et de bon cœur. Car le texte est sublimement écrit, jouant sans cesse de polysémie. « L’Internationale » chantée par des vieux dans un hospice prend des accents terribles même si on ne peut réprimer un rire quand Poirot compare ça « aux chœurs de l’Armée rouge mais tous avec un pacemaker ». Et malgré la drôlerie que sous-tend une course de déambulateurs dans les couloirs de l’hospice, s’impose la terrible réalité de ces oubliés qu’on a « placés », que l’on reclasse par catégories pour « récompenser la perte de toutes leurs facultés » ou pire encore, ceux dont l’état-civil n’apparaît sur aucun registre à cause des conflits armés. La perte de la mémoire est alors totale. Ne reste plus qu’à sortir les pieds devant de ce lieu où l’on est entré debout…

Franck BORTELLE (Paris)

Salut mon vieux
Texte de Laurent Guyot
Mise en scène : François Delaive
Avec David Poirot
Spectacle soutenu par l’Association Promo Est David
Théâtre de l’Atelier Montmartre, 7 rue Coustou, 75018 Paris
Jusqu’au 26 avril 2008 les vendredis et samedis à 21 heures
Locations : 01 46 06 53 20

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck BORTELLE - dans À Paris 2007-08
commenter cet article

commentaires

FMD Production 12/08/2010 23:19



David Poirot, interprète parrainé par Nelson Monfort. Présentateur des téléfilms du festival de la télévision Luchon en collaboration avec Serge Moati.


 


Ni One-Man-Show ni Stand-Up, malgré la présence seul en scène de l’interprète, « Salut Mon Vieux » est un récit inspiré d’une histoire vraie. La sienne.


 


Spectacle à la fois drôle et saisissant, triste et joyeux, touchant et incisif.


Le personnage Poirot alterne la tendresse et une cruelle hilarité, pour nous faire vivre son expérience d'animateur à la maison de retraite du "Rayon de Soleil ".


Il nous convoque dans l'univers de ses amis les petits vieux et nous plonge dans la réalité de leur quotidien parfois délirant.....


Une manière de vider littéralement son sac sur une scène où il fait irruption presque par hasard.


C'est une réalité, alors Poirot gratte là ou ça fait mal, mais toujours avec un sourire débordant de tendresse et d'humanité.


Au Laurette Théâtre, 36 rue Bichat, 75010 Paris.  




Poirot 28/07/2008 12:55

Succès!!!!! Prolongation en septembre!!Tous les vendredis soir à 20h30.1 place acheté = une place gratuite, vous pouvez voir d'autres critiques sur le site internet.

Aurélie 02/05/2008 17:48

Prolongations du spectacle jusqu'au 26 juillet 2008, vendredis et samedis 21h

Poirot 18/04/2008 12:34

Merci pour la critique et de votre présence.Prolongation du spectacle.Bien cordialementDavid Poirot

Chronique Fraîche