Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 16:23
UNE TORNADE D’EMOTIONS

Les planches de la scène de la Schaubühne viennent de vivre quatre jours éprouvants. Arrachées, jetées, ré-assemblées, elles ont craqué sous les pas et les doigts des 16 danseurs de la compagnie « Sasha Waltz & guests », qui interprétaient « Gezeiten » (« Marées »). Cette création, conçue en 2002 par la danseuse et chorégraphe allemande Sasha Waltz, prend à bras le corps les souffrances et séquelles provoquées par des catastrophes, naturelles ou humaines.

Dans un vieil appartement décrépi, décor unique de la pièce, les danseurs évoluent entre danse et théâtre, et nous font passer par toutes les émotions que traversent les hommes face à un événement qui les submerge : surprise, peur, panique, rejet, entraide, espoir, abandon, lutte, folie.


Première partie : des individus vivent en harmonie, dans un mode d'écoute et d'entraide. En couples ou en groupes, les danseurs évoluent dans des assemblages très travaillés et harmonieux. Sasha Waltz joue sur la symétrie des mouvements, des corps, l'alternance des rythmes. Beaucoup de portés, de gestes protecteurs, mais aussi de tourbillons et de jetés. Mais les seize finissent toujours par se réunir pour des scènes sublimes où ils ne font alors plus qu'un, marchant d'un même pas, s'asseyant d'un même geste.

Un vacarme soudain rompt cet équilibre. Bombardements, sifflements, craquements... Une nouvelle ère s'ouvre. Les seize personnages, barricadés dans une pièce, doivent faire face à l'angoisse, l'attente, la pénurie, la mort. Contrairement à la première, cette seconde partie n'est pas uniquement dansée. Le jeu et des accessoires apparaissent pour souligner la précarité de la vie et la fin de l'harmonie collective. Face à la peur de la contamination, c'est l'immobilisme et le repli sur soi qui prennent le dessus. Le malade, dans une très belle danse, saccadée par la douleur et le rejet des autres, échoue seul. Sasha Waltz met également en scène des moments plus légers, où la joie renaît, l'entraide s'organise.

Absurdité et chaos

Mais personne ne sort indemne de cette épreuve. La catastrophe a marqué les corps et les esprits, jusqu'à la folie. Le troisième temps relève davantage du théâtre d'objets que de la danse. Désarticulé, désarçonné, chacun des personnages tente de se reconstruire seul. Sans repère. Accessoires inutiles, gestes absurdes, vains. Briques empilées contre toute logique. Bouts de bois enfilés dans les vêtements comme autant de prothèses. Gestes bestiaux. L'absurdité des situations en devient parfois comique. Les musiques de Bach du début s’effacent, laissant place à des froissements de papiers, déchirements de tissus, entrechoquements de cailloux... Le chaos gagne. La scène est désossée presque entièrement et trois corps tentent encore de vivre et de danser, au milieu d'un amas de planches et de sable.
Déconcertante et pessimiste, cette pièce n'en dégage pas moins une très grande énergie. Evoluant progressivement de la danse vers le théâtre, « Gezeiten » provoque beaucoup d'émotions et de réflexions. Le nombre élevé de danseurs crée un spectacle en perpétuel mouvement. Le décor se transforme de minute en minute, dans un tourbillon incessant. Une véritable tornade d’émotions.

Marie MASI (Berlin)

« Gezeiten »
Chorégraphie : Sasha Waltz (www.sashawaltz.de)
Interprétation : Juan Kruz Diaz, Matija Ferlin, Davide Camplani...
Schaubühne am Lehniner Platz, Kurfurstendamm 153, Berlin, www.schaubuehne.de

Prochaines représentations :
Paris : « Travelogue I -Twenty to eight » au Théâtre de la Ville, du 20 au 24 mai.
Berlin : « Dido & Aeneas » au Staastoper, du 1er au 4 novembre.

Photo ©Jörg Metzner

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie MASI - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche