Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 22:59
LA COMMEDIA DELL’ARTE DANS TOUTE SA SPLENDEUR

C’est à l’occasion du 300ème anniversaire du célèbre dramaturge Carlo Goldoni qu’a été créé « Arlequin, valet de deux maîtres ». Carlo Boso, directeur de l’Académie internationale des Arts du spectacle et grand metteur en scène de la scène européenne, décide en 2007 de monter cette pièce, à l’aide de ses talentueux élèves. Face à un succès retentissant, les comédiens, qui font désormais partie de la troupe « Le Théâtre des Foules », reprennent la pièce sur les planches du Studio Théâtre de Montreuil.


Créateur de la comédie italienne moderne, Goldoni a trouvé son style artistique dans la fusion entre la commedia dell’arte et les comédies de Molière. Cadencées, vives, drôles et exagérées, ses œuvres présentent des histoires alambiquées que la pièce « Arlequin, valet de deux maîtres » illustre parfaitement.


Clarice, fille d’un riche bourgeois vénitien, doit épouser Frederigo Rasponi, un noble turinois. Mais ce dernier est tué par l’amant de sa sœur, Florindo Aretusi. Clarice, qui refusait cette union, se réjouit de la nouvelle car elle va pouvoir épouser celui qu’elle aime, le jeune Silvio, fils du prolixe Docteur Lombardi. Toutefois, Arlequin, grande figure facétieuse des comédies, sème le trouble dans la famille en annonçant le retour du défunt Frederigo Rasponi, qui n’est autre que sa sœur, travestie en homme pour retrouver son amant.

Un rythme effréné

Mettre en scène une telle histoire, où les quiproquos et les rebondissements n’en finissent plus de retarder la chute finale, n’était pas tâche facile. « Le théâtre des Foules » s’y est attelé pourtant avec une force détonante et un dynamisme sans relâche, deux heures et demie durant. Vêtus de beaux costumes d’époques et de masques emblématiques de la commedia dell’arte, ils sont dix sur scène. Dix à se partager des rôles aux traits appuyés, qui se succèdent sur scène à un rythme étourdissant, haletant et physique. Avec une voix qui porte et des déplacements permanents, ils excellent dans l’interprétation de ces rôles hyperboliques et survitaminés. Danse, chant, acrobatie et combat d’épée alimentent les conversations et les apartés truculents des personnages, qui s’agitent à l’intérieur d’un décor simple et efficace fait d’une simple scène sur tréteaux, garnie de rideaux en guise de paysage et de quelques accessoires.

Tous les comédiens livrent là une performance scénique admirable, chacun apportant une faconde et une malice qui lui sont propres et témoignant d’une aisance spontanée dans le jeu dynamisé que requiert ce type de théâtre.

C’est donc un moment d’une énergie époustouflante que fait passer cette troupe dynamique dans un spectacle immensément généreux.

Cécile STROUK (Paris)

« Arlequin, valet de ses deux maîtres » (Paris)
Auteur : Carlo Goldoni
Mise en scène : Carlo Boso
Décors et masques : Stefano Perocco di Meduna
Costumes : Julie Phelouzat
Chants : Benoît Combes
Danses : Nelly Quette
Combats : Bob Heddle-Robboth
Interprétation : Loïc Beauché, Kurro Carmona, Antoine Malfettes, Thomas Raimbaud, Gustavo Araujo, Joseph Defèche, Paolo Crocco, Eve Arbez, Sandrine Demoron, Sandrine Moaligou

Au Studio théâtre de Montreuil (Seine-Saint-Denis), du mercredi 2 au samedi 12 avril à 20h30
Réservation : 09 52 43 89 20





Partager cet article

Repost 0
Published by Cécile STROUK - dans À Paris 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche