Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 19:32
EXPLORER ESPACE, CORPS ET LIENS

Artiste associé à la Rose des Vents, le Hongrois Pàl Frenàk, influencé par Merce Cunningham et la culture japonaise, crée des ballets esthétiquement forts, liés aux racines du corps et de l’existence.


Noir salle. Noir scène. Au lointain, en haut, surgissent et disparaissent magiquement, comme remontant à la surface des eaux avant d’y replonger, des figures. Elles sont blanches, asexuée : lisses, chauves, mystérieuses, voire effrayantes. On songe à des fantômes, des créatures légendaires, des guerriers primitifs enduits de boue ou de pigments végétaux.

La musique est électronique. Elle gronde, vrombit, envahit. Tout à l’heure, elle sera ponctuée par les percussions d’un musicien présent côté cour. Elle sera contrecarrée par les mélodies romantiques d’une pianiste côté jardin. Mélodies elles-mêmes confrontées à un jeu très contemporain directement sur les cordes de l’instrument.


Tout le spectacle conçu par Frenàk, réside  dans ces contrastes. La douceur de la caresse va de pair avec la violence des actes. La séduction s’accompagne de gestes durs. Le clair cohabite avec le sombre tant dans les costumes que dans des éclairages particulièrement subtils. Le caché s’accommode du dévoilé. Le brut est conjoint du sophistiqué au point d’exploser dans la séquence finale où sont rapprochés le naturel fabriqué des variétés télévisées et l’élémentaire des pulsions corporelles originelles, des soubresauts d’insectes.

Le décor en forme de toboggan ou de piste incurvée pour skate board, donne aux êtres la faculté de chuter, de se relever, de grimper, de retomber, d’être avalé dans un abîme invisible au-delà de la lumière. Il contraint les danseurs à chercher sans cesse l’équilibre, à être en suspens dans l’incertain. Il amène les protagonistes à se situer entre le fragile et le solide, entre le primaire et l’élaboré, l’envol et l’ancrage au sol, la présence et l’absence, la manipulation de l’autre et l’autonomie.

Les images sont fortes. Elles s’étalent d’une vision fœtale à l’apprentissage de la marche à 4 pattes, de la virulence du rejet de l’autre à la fusion amoureuse et sexuelle, de l’harmonie collective aux désordres anarchiques, de l’enfermement intérieur aux tentatives de communiquer avec autrui.

La démarche de Frenàk embrasse des axes multiples : explorer son corps et l’espace, appréhender son existence et celle d’autrui, maîtriser les gestes et l’agitation intérieure, marier le charnel et le spirituel. La beauté plastique de l’ensemble rend le spectacle touchant par sa cohérence ainsi que sa rigueur.

 Michel VOITURIER (Lille)

Chorégraphie : Pàl Frenàk
Distribution : Balazs Baranyai, Vencel Csepenyi, Viktoria Kolozsi, Nelson Reguera, Kristof Varnagy
Composition musicale : Helmut Oehring
Création lumière : Janos Marton
Coproduction : Cie Pàl Frenàk / La Rose des Vents

À la Rose des Vents de Villeneuve d’Ascq du 2 au 4 avril 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Région 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche