Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

16 février 2006 4 16 /02 /février /2006 14:41

COLLECTIF DU 25 FÉVRIER ET COLLECTIF ÉTUDIANT

Unis pour défendre le droit de chacun à vivre de son travail décemment

Tant au niveau français qu’européen, la fin de l’année 2005 et le début de 2006 présentent un concentré de rendez-vous et de mesures convergeant vers un but unique : accélérer la précarisation du travail, entraîner les salaires dans une spirale constamment descendante, et généraliser l’insécurité sociale.

Tel est l’objectif à peine dissimulé de la mise en œuvre en France des « contrats nouvelle embauche » (CNE) et « contrat premier emploi » (CPE) du gouvernement, de la procédure législative européenne visant à l’adoption de la directive Bolkenstein et des directives de l’OMC.

La flexibilité engendrée par ces contrats va permettre aux employeurs d’embaucher une main-d’œuvre corvéable et malléable à l’extrême, grâce à une plus grande précarité.

Ce type de contrats est une réelle remise en question du Code du travail, aussi n’oublions pas que c’est à terme l’ensemble des salariés qui seront touchés.

Le simulacre de démocratie qui consiste à laisser défiler les gens dans la rue et ne pas en tenir compte, ne pas prendre en compte le résultat des urnes et continuer de communiquer sur le bien commun risque bien de montrer ses limites dans une société où les chiffres de la pauvreté sont en hausse.

Renaud Donnedieu de Vabres, notre ministre de la Culture, promettait en 2004 puis en 2005 qu’il rétablirait les intermittents du spectacle dans leurs droits et qu’il obligerait les partenaires sociaux à trouver un accord durable au 1er janvier 2006, assurant qu’il n’hésiterait pas à s’engager dans la voie législative si aucun accord n’était trouvé.

Aujourd’hui 14 février, non seulement ses promesses sont restées sans suite puisque 20 000 travailleurs sont sur la voie de garage du fonds transitoire et 12 000 autres n’ont que le RMI pour subsister, mais en plus notre cher ministre semble interdire aux parlementaires le dépôt d’une proposition de loi qui permettrait de donner un cadre légal aux professions du spectacle.

Après trois ans de lutte, intermittents et précaires sommes plus que jamais opposés à cette gestion ultralibérale du pays et appelons toutes et tous à se mobiliser.

Nous demandons au gouvernement de retirer « CPE » et « CNE », de ne pas agréer le protocole d’accord et de respecter enfin ses engagements.

CE QUE NOUS DÉFENDONS NOUS LE DÉFENDONS POUR TOUS.

Recueilli par
Vincent CAMBIER

Collectif du 25-Février
Courriel : Collectif du 25-Février à Avignon

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Cambier - dans Actualités & coulisses
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche