Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 17:34
HISTOIRE VRAIE D’UN INCROYABLE DESTIN

Seul sur scène durant près de deux heures, Dominique Horwitz incarne Charlotte von Mahlsdorf, travesti allemand né en 1928, qui traversa les dictatures nazie puis socialiste. La pièce, écrite par le dramaturge américain Doug Wright, s’inspire directement de la biographie écrite par Charlotte von Mahlsdorf.


Doug Wright a mené de nombreux entretiens avec Charlotte von Mahlsdorf avant d’écrire une pièce de théâtre (« I am my own wife »), récompensée par le Prix Pulitzer en 2004, sur ce destin insolite et passionnant. La mise en scène de Torsten Fischer, réaliste, reprend avec fidélité les éléments de la vie quotidienne de l’héroïne. Le rideau s’ouvre donc sur le salon de Charlotte von Mahlsdorf, grande collectionneuse de mobilier et d’objets de l’époque wilhelmienne (avant la première guerre mondiale). Ambiance cosy et musique grésillante émise par de véritables gramophone et phonographe.


Né en 1928 à Malhsdorf, en périphérie de Berlin, Lothar Berfelde se sent très jeune plus femme qu’homme. Face à un père violent et nazi, qui rêve de faire de lui un militaire, il part vivre chez son oncle dès l’adolescence avant de revenir tuer son père en 1944. Emprisonné, il sera libéré par le bombardement de la prison de Berlin. Commence alors une nouvelle vie. Celle de Charlotte von Mahlsdorf, collectionneuse avertie, qui récupère les meubles qu’elle trouve dès 1945.

Restée à l’Est après la scission de Berlin, Charlotte von Mahlsdorf devient informateur pour la Stasi. Véritable agent secret pour les uns, affabulateur pour les autres, il incarna cette fonction qui suscita la controverse après la réunification de l’Allemagne et l’ouverture des archives de la RDA. De même, la croix du mérite qui lui fut remise en 1992 déclencha une vive polémique. Par la suite, victime d’une agression homophobe, Charlotte von Mahlsdorf ferme le musée qu’elle avait créé pour présenter sa collection (premier musée privé de RDA) et s’installe en Suède en 1997.

Histoire politique

Réussissant une belle prouesse de comédien, Dominique Horwitz interprète, sans sur-jouer, Charlotte von Mahlsdorf, mais également toutes les personnes qu’elle rencontre au cours de son existence, ainsi que Doug Wright, à qui elle raconte sa vie. Avec recul et mordant, cette pièce biographique se concentre sur l’histoire politique contemporaine de l’Allemagne et les débats qu’elle suscite, mais également sur le processus de conservation des souvenirs. Au final, l’homosexualité n’est qu’un thème annexe.

Décédée en 2002, lors d’une visite à Berlin, Charlotte von Mahlsdorf a laissé une impressionnante collection d’objets et de meubles. Depuis 2004, ils sont de nouveau réunis dans sa maison-musée de Mahlsdorf (www.gruenderzeitmuseum.de).

Marie MASI (Berlin)

« Ich mach ja doch, was ich will » (I am my own wife)
Auteur : Doug Wright
Interprétation : Dominique Horwitz
Mise en scène : Torsten Fischer

Renaissance Theater, Knesebeckstrasse 100, Berlin (www.renaissance-theater.de)

Prochaines représentations : du 21 au 25 mai, puis du 19 au 21 septembre.

Photo © Barbara Braun/ drama-berlin.de

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie MASI - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche