Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 17:01
« AVEZ-VOUS DÉJÀ… ? »

Jean-Pierre Martinez écrit, avec « Strip Poker », une pièce qui tient honnêtement les promesses du titre, tout en délivrant un portrait grinçant et réaliste des problèmes de couple et de voisinage. Un moment agréable, terni toutefois par quelques bémols.

Vu le titre accrocheur et quelque peu provocateur, la pièce aurait pu tomber dans les clichés qu’un tel jeu évoque. Jean-Pierre Martinez s’est appliqué, justement, à éviter ce genre de poncifs : l’auteur fait usage de ce jeu comme d’un moyen efficace pour révéler les secrets bien enfouis de chacun. Il y a une véritable histoire dans cette pièce, qui débute par une scène d’ailleurs pleine de promesses.


Dans un appartement justement reconstitué sur scène, un bruit sec détonne. Surprenant départ que ce claquement inattendu éveillant d’emblée la curiosité du spectateur qui suit, dans les premières minutes, la vie de Pierre et Marie. Un couple sur la défensive, trublion et méfiant. Des caractéristiques qui donnent lieu à de savoureuses conversations où le rire est au rendez-vous. Vincent Maes, dans ce rôle d’homme acariâtre, cynique et corrosif, est à l’aise et présent. Son jeu est mené avec une fluidité naturelle qui s’exprime encore davantage quand sa partenaire, la séduisante Herrade Von Meier, lui donne la réplique. A travers une interprétation plurielle, la comédienne apporte une fraîcheur et une gravité intéressantes à une femme au premier abord godiche, et qui s’avère bien plus maligne et dissimulatrice qu’elle n’en a l’air.

Une pièce hétérogène

La pièce commence véritablement à prendre son envol quand Marie annonce à son mari, peu sociable ce jour-là, qu’elle a invité les voisins. Leur arrivée signe le début d’un face-à-face tendu entre deux couples qui se cherchent mais ne se trouvent pas. Couple énigmatique et insolite, Jacques et Céline, respectivement interprétés par une Delphine Braillon féline et un Vincent Ropion ambigu, sèment le trouble au sein de l’autre couple qui ne sait comment les dompter. C’est finalement une partie de strip poker qui va les lier, le temps de quelques parties.

La pièce, en mettant en scène la relation malsaine qu’entretiennent ces quatre personnages, sonde la complexité des rapports humains. Les voisins, vicieux et destructeurs, conduisent pernicieusement à la fissure du duo Pierre et Marie, leur faisant dévoiler, durant le strip poker, des vérités blâmables. Parfois, la tendance s’inverse et c’est l’autre couple qui passe aux aveux. Dans ce combat d’idées, de corps et de mots, les dialogues sont plutôt convaincants. On regrette toutefois une perte de cadence en milieu de parcours, qui rompt la dynamique et l’humour efficaces du début. Au vu de l’atmosphère qui s’alourdit, un peu plus de rythme aurait empêché l’ennui que provoquent certains passages. Déception également sur la scène de fin, brutale et assez mal amenée, qui laisse un goût d’inachevé.

Malgré des inégalités certaines dans l’histoire et le rythme, « Strip Poker » est une pièce distrayante et  agréable à voir.

Cécile STROUK (Paris)

Strip Poker (Paris)
Auteur : Jean-Pierre Martinez
Metteur en scène : Marc Duret
Interprétation : Herrade Von Meier, Delphine Braillon, Vicent Ropion et Vincent Maes

Au Théâtre de Ménilmontant (Paris), du mardi au samedi à 20h30, jusqu’au 3 mai
Réservation : 01 46 36 98 60
Photo © Christine Ledroit-Perrin

Partager cet article

Repost 0
Published by Cécile STROUK - dans À Paris 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche