Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 18:39
LE SPLEEN ET L’ALCOOL

Considéré comme le nouveau Pinter par la critique, l’Anglais Joe Penhall propose un théâtre du malaise et du déséquilibre. « Pâle Horse », sa troisième création, a reçu le prix de la meilleure pièce décernée par Thames Television. Un succès repéré par le metteur en scène français Thierry Lavat qui présenta la pièce au Festival Off Avignon en 2005, remportant ainsi le prix Adami. Trois ans plus tard, le Sudden théâtre s’y colle.

La nouvelle vague des jeunes auteurs contemporains se plaît à sonder la complexité de la condition humaine. Joe Penhall a choisi, pour manifester ces réflexions existentielles, d’écrire à propos d’un des maux les plus terribles de notre époque : la dépression. Autour de cette pathologie, il aborde l’alcoolisme, la solitude, le déséquilibre, la violence et la mort. Cette vision sombre et dantesque de l’homme prend vie dans une histoire captivante où deux marginaux se rencontrent.


Charles, propriétaire d’un bar à Londres, s’enferme dans une déréliction profonde suite au décès soudain de sa femme. Plein de désillusions et de culpabilité, il évolue passivement dans une vie éthylique. L’alcool est son unique réconfort pour supporter un monde où son identité s’étiole. Il fait la rencontre d’une jeune femme, Lucy. Aussi désaxée que lui, elle traîne derrière elle des humiliations traumatisantes. Devenue serveuse, son agitation physique trahit un mal-être criant : ses gestes, saccadés et nerveux, montrent une inadaptation et un refus du monde extérieur. Tous deux vont travailler ensemble, consommer une relation éphémère, trouver un bien-être trop court pour finalement chuter davantage dans les ténèbres d’une vie condamnée.

Dans ces rôles difficiles, Christian Loustau et Isabelle Jeanbrau témoignent d’une maîtrise du jeu particulièrement sensible et lucide. Habités par leurs personnages, ils dégagent une tension et une souffrance palpables qui les rendent saisissants et qui prouvent à quel point ils ont saisi la quintessence du théâtre de Joe Penhall. Les quelques personnages qui gravitent autour de ce duo d’une efficacité émouvante sont tout aussi convaincants.

Lumière et obscurité

Pour mettre en scène cette pièce d’une profondeur psychologique certaine, Thierry Lavat a choisi de jouer sur la luminosité. Usant d’un décor sobre et mobile, le metteur en scène se sert surtout des lumières pour suggérer l’intensité et la gravité des scènes ainsi que d’autres aspects du décor (un cercueil, ou bien une motte de terre). Parfois diaphanes, souvent sombres, les lumières apparaissent ça et là, conférant à la pièce un mouvement cadencé et harmonieux qui est renforcé par la présence d’une toile, placée en fond de scène. Différents paysages et tâches de couleurs sont projetés sur cette toile, indiquant de manière soutenue et esthétique les changements pluriels de lieux et de temps.

« Pâle Horse », dans cette version française adroitement interprétée, offre un moment d’émotion prenant.

Cécile STROUK (Paris)

Pâle Horse (Paris)
Auteur : Joe Penhall
Adaptation : Sophie Gueydon et Jérôme Neutres
Mise en scène : Thierry Lavat
Interprétation : Jauris Casanova, Isabelle Jeanbrau, Christian Loustau, Gérald Maillet, en alternance Sandra Faure et Laurence Kelepikis
Scénographie : Emmanuel Charles
Création lumières : Stéphane Graillot
Costumes : Séverine Gohier
Régisseur : Stéphane Graillot

Au Sudden théâtre à Paris, du 11 mars au 26 avril et du mardi au samedi à 21h
Réservation : 01 42 62 35 00
Photo © DR

Partager cet article

Repost 0
Published by Cécile STROUK - dans À Paris 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche