Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 19:42
JOIE DE VIVRE TRANSATLANTIQUE

Liliane Montevecchi est un personnage. Après des débuts de danseuse à l’Opéra de Paris, elle est prise dans un tourbillon : Hollywood, les Folies Bergères puis Broadway. Rencontre avec cette grande dame dont le rire chaleureux n’est pas un mythe.

Ruedutheatre : Pouvez vous nous parler de votre dernier spectacle ? (« A la folie » au Teatro Zinzanni de San Francisco)
Liliane Montevecchi : C’est un spectacle fou, adorable, « exciting », avec des gens qui viennent du monde entier pour faire les choses qu’ils font le mieux.  Il y a des acrobates, des comédiens et tout  ça est plein de champagne, plein de vie ! On est transportés dans une autre vie je trouve comme un Toulouse Lautrec… C’est difficile à retranscrire, je crois qu’il faut en faire expérience.


RDT : Quels sont vos secrets pour avoir une forme aussi resplendissante ?
LM : Tout d’abord une grande discipline. Je fais attention à ce que je mange évidemment, je fais un peu d’exercice. Etant comme une veille ballerine, je m’étire, je me pousse. Mais mon secret  surtout, c’est d’être bien dans sa peau et d’avoir de la joie de vivre. (Rires). Etre positive dans la vie et ne jamais demander ce qu’on ne peut pas avoir comme cela on n’a pas de « headache » !

RDT : Vous avez commencé par la danse, qu’est ce qui vous a fait choisir de vous orienter vers le music hall ?
LM : Ce n’est pas moi, moi je ne choisis jamais ! Tout m’est tombé comme sur un plateau, de la danse à Hollywood où j’ai eu un contrat de 7 ans, Broadway, les théâtres à Paris. Ce n’est jamais moi qui ait décidé, quelqu’un m’a toujours pris la main et dit : « Tiens pourquoi tu ne fais pas ça ? »  et moi je ne dis non à rien ! […]

RDT : Et vous avez été adoptée par les USA?
LM : Absolument, Oui.

RDT : Pensez-vous être plus connue ici qu’en France ?
LM : Non c’est pareil car après de nombreuses années je suis retournée à l’Opéra Comique sous la direction de Jérôme Savary pour le spectacle « Mistinguette ». On me demande toujours de faire des pièces à Paris mais je ne suis  jamais là, je pars toujours à droite et à gauche ! Il faut que je me décide à rester un peu plus en France, ce que je vais d’ailleurs faire.

RDT : D’après vous qu’est ce qui fait le succès du music hall ?
LM : Alors ça je ne sais pas ! S’il y a une chose que je peux vous dire c’est que dans le temps en France, personne n’allait au music-hall et maintenant c’est extraordinaire on l’a presque adopté. Mais aux Etats-Unis je ne sais pas. Il n’y a plus de music hall ici. Ce que je fais ce n’est pas du music hall, je ne sais pas comment on appelle ça. Le music hall c’était les Folies Bergères, c’était le Casino de Paris. Cela n’existe plus les trucs avec des plumes, c’est passé tout ça !

RDT : Vous avez dû vivre des moments incroyables tout au long de votre carrière, y en a-t-il un auquel vous repensez avec particulièrement d’émotion ?
LM : Certainement quand j’ai eu mon premier Tony Award (récompense suprême du théâtre aux Etats-Unis). C’était assez extraordinaire d’avoir cette récompense pour mon premier Broadway show. Cela m’a beaucoup touché cette générosité de la part des américains. C’est une chose qui m’a fait très plaisir car à Paris où j’avais beaucoup de succès, je n’avais jamais eu de récompense. Pourtant pendant mes 7 ans aux Folies, je n’ai pas manqué un jour et j’ai quand même un peu transformé les Folies. J’ai apporté plus de peps qu’avant. Avant c’était les applaudissements dans les escaliers, les plumes et machins. Moi j’ai apporté autre chose mais on ne m’a jamais dit merci.

RDT : C’était bien d’être reconnue enfin…
LM : Cela dit quand je suis retournée en France pour le spectacle « Mistinguette », j’ai aussi eu une médaille, donnée par le maire de Paris donc j’ai quand même été récompensée.

RDT : Voilà enfin après toutes ces années !
LM :( Rires) Donc il ne faut jamais perdre l’espoir ! (Rires)

RDT : Y a-t-il des projets qui vous tiennent à cœur prochainement ?
LM : Oui. Bien vivre et boire mon champagne tous les soirs ! (allusion au spectacle en cours à San Francisco). Et puis être bien dans ma peau comme toujours et être en bonne santé, ce sont mes projets ! On n’a qu’une vie, il faut en profiter !

Entretien réalisé par Anne CLAUSSE (San Francisco)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne CLAUSSE - dans En bonne compagnie
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche