Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 14:58
GENTLEMAN PRESTIDIGITATEUR

Dans le cadre de ses cabarets, le Circulo de Bellas Artes accueille le magicien catalan Hausson, pour son Praeludium de magia en si mayor. Virtuose mais pas toujours magique…

Hausson est avant tout un virtuose. Initié à l’illusionnisme dès l’âge de 9 ans, il a depuis remporté de nombreux prix (1er prix international de Monte-Carlo, l’As d’argent du concours de magie de Madrid…). De fait, sa manipulation est précise et maîtrisée. Sans fausse note, les cartes volent, se perdent et se retrouvent. Les pièces de monnaie abondent, cachées derrière les oreilles, cheveux et cravates des spectateurs. D’intrigants cerceaux d’acier s’encastrent et se déboîtent, puis une courte corde (mais n’était-elle pas longue ? N’y en avait-il pas deux ? Ou trois ?) vient nous apprendre que « rien n’est ce qu’il paraît ». Le prestidigitateur a l’élégance du chef d’orchestre, il en emprunte quelques fois la baguette. Bien qu’accompagné d’une assistante –grands sourires, petite tenue-, il interprète en solo les morceaux de son Praeludium qu’il définit comme « une partition visuelle ».

« Un music-hall d’hier pour un public d’aujourd’hui »

Les images qui ouvrent le spectacle en donnent le ton : sur le fond de scène défilent des fragments de films de Méliès, ainsi que des gravures représentant des illusionnistes du XIXème siècle, tels que le célèbre Robert Houdin, en qui Hausson reconnaît un maître. Le magicien présente son spectacle comme « un music-hall d’hier pour un public d’aujourd’hui ». C’est pourtant dans un univers nostalgique, rétro, et un peu kitsch que nous plonge le prestidigitateur. Le coffre laqué, les jeux de lumière colorée, la musique jazzy ne peuvent manquer de nous rappeler Splendini, le magicien un peu usé que Woody Allen interprète dans Scoop. Les noms des morceaux sont à cet égard savoureux : avec "L’Épée de Monte-Cristo", Hausson retrouve la carte choisie par l’un des spectateurs, tandis que "L’Apéritif du diable" l’invite à avaler des lames de rasoir qui réapparaîtront enfilées les unes aux autres. C’est peut-être ce que l’on peut regretter : le spectacle se présente comme une suite de numéros, réalisés avec une maîtrise, une dextérité certaines, mais qui manquent de fil conducteur. La prouesse, l’élégance et la technique sont au rendez-vous, mais l’imagination, la poésie, en un mot, la magie, sont mises en sourdine…

Mais nous étions prévenus : rien n’est ce qu’il paraît.     
      
Alexandra von Bomhard (Madrid)

Praeludium de magia en si mayor, de Hausson.
www.hausson.com

"Cabaret Circulo", au Circulo de Bellas Artes, du 10 avril au 13 avril 2008
Sala Fernando de Rojas
c/ Alcalá, 42,  28014 Madrid  -
Tel: 91 360 54 00
www.circulobellasartes.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Alexandra von Bomhard - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche